Check against delivery

Bonsoir Mesdames et Messieurs.

C’est un plaisir pour moi de me joindre à vous tous ce soir pour l’assemblée générale annuelle de Vélo Ottawa.

Je remercie Vélo Ottawa, votre président, Gareth Davies, et votre conseil d’administration de m’accueillir ce soir.

Nul besoin de vous rappeler que Gareth est un ardent défenseur du cyclisme ici à Ottawa et qu’il s’est récemment vu décerner le Prix individuel du cyclisme Bruce Timmermans.

Gareth, je vous remercie pour l’acharnement que vous déployez pour rassembler les gens et les amener à collaborer et à rendre le cyclisme plus sécuritaire à Ottawa.

Beaucoup de gens qui sont avec nous ce soir ont une grande expérience en cyclisme. Je tiens à vous remercier tous d’être ici et de partager vos idées avec nous.

Depuis plus de trois décennies, Vélo Ottawa fait la promotion du vélo comme moyen de transport actif sécuritaire, amusant et écologique.

Notre Ville a la chance de bénéficier d’une communauté de défense des droits des cyclistes formidable, diversifiée et active.

Il se passe rarement une journée sans qu’une personne ou un groupe de défense des droits des cyclistes communique avec le bureau de sa conseillère ou de son conseiller, mon bureau ou mon personnel pour demander des améliorations ou des solutions à certains problèmes.

Une telle collaboration permanente nous permet d’apporter des améliorations tangibles sur le terrain.

En fait, c’est l’une de vos initiatives bénévoles qui a rendu possible le déploiement initial des compteurs de vélos automatiques en 2009.

Je voudrais saisir la présente occasion pour remercier Vélo Ottawa pour sa défense continue du cyclisme à Ottawa et sa collaboration visant à rendre notre ville encore plus véloconviviale.

Notre ville étant en pleine croissance, les résidents, les intervenants et les conseillers me parlent chaque jour des nombreux intérêts concurrents auxquels ils font face.

Et je suis fier des progrès que nous avons accomplis en tant que ville véloconviviale.

Être une ville véloconviviale, c’est non seulement profiter des avantages d’un mode de vie actif, mais c’est aussi réduire la congestion pour tous les navetteurs, en aidant les gens à délaisser leur voiture pour emprunter les bandes et les pistes cyclables.

Nous investissons plus que jamais dans le transport actif et nous mettons davantage l’accent sur des campagnes de sensibilisation entourant des enjeux qui touchent les piétons, les cyclistes et les automobilistes.

Dans le budget de 2017, nous avons inclus plus de 8 millions de dollars d’investissements dans l’infrastructure cyclable par l’entremise du programme de connectivité des collectivités, dans la mise en œuvre des initiatives stratégiques en matière de cyclisme du Plan directeur des transports (PDT) et dans la construction d’accotements asphaltés.

Ces investissements nous aideront à atteindre notre objectif, qui est d’ajouter 72 km d’installations cyclables au réseau en expansion de la ville d’ici 2018.

Le Budget 2017 inclut:

  • 1.5 millions de dollars afin  de réaliser les projets dans le plan piétonnier;
  • 5 millions de dollars pour des projets variés d’amélioration de trottoires à travers la ville.

Une fois combiné au financement provenant d’autres paliers de gouvernement, l’investissement total directement octroyé au cyclisme et aux principales installations cyclables et piétonnières au cours du présent mandat du Conseil se chiffrera à 80 millions de dollars.

Il s’agit d’un investissement historique inégalé dans le cyclisme et le transport actif.

Compte tenu du fait que 27 millions de dollars ont été dépensés dans ce secteur au cours du dernier mandat du Conseil, cela représente une augmentation de 270 %.

Bien qu’il y ait encore du travail à faire, il s’agit d’un progrès dont nous pouvons être très fiers.

À cela s’ajoutent les installations cyclables qui sont construites dans le cadre des programmes de réfection des routes et de construction de nouvelles routes.

Mentionnons à titre d’exemple la construction de nouvelles bandes cyclables sur la rue Main dans le cadre de notre plan de rues complètes.

Ces bandes cyclables, comme me disait un voisin, viennent humaniser nos rues.

Notre engagement à l’égard du transport actif résulte d’un véritable partenariat avec les gouvernements fédéral et provinciaux.

Leur soutien nous a permis de tirer parti des ressources locales, ce qui s’est traduit par des améliorations tangibles dans toute la ville.

La Commission de la capitale nationale (CCN) collabore aussi avec nous en déployant des efforts pour élargir son réseau dans la Ceinture de verdure et en investissant sans cesse pour combler les liens manquants.

Ces relations sont importantes, car nous avons besoin de l’aide collective de nos partenaires pour créer un réseau entièrement unifié.

Nous travaillons activement avec nos partenaires pour combler les « liens manquants » du réseau cyclable et de certains grands projets d’infrastructures cyclistes et piétonnières qui apportent réellement un changement dans notre ville :

  • passerelle Adàwe, qui reliera les quartiers d’Overbrook et de Vanier à ceux de la Côte-de-Sable et du centre‑ville;
  • voie cyclable sur la rue O’Connor;
  • bandes cyclables de la rue Main mentionnées plus tôt;
  • bande cyclable de l’avenue Mackenzie, un partenariat unique entre la Ville et la CCN.

Vient de commencer également la construction d’une nouvelle passerelle pour piétons et cyclistes de 21 millions de dollars qui enjambera le canal Rideau, de l’avenue Fifth à la rue Clegg.

Je remercie Yasir Naqvi, député provincial d’Ottawa-Centre, et Catherine McKenna, députée fédérale d’Ottawa-Centre, pour leurs efforts inlassables dans le cadre de ce projet passionnant.

Non seulement le pont de la rue Clegg assurera-t-il des liaisons piétonnières et cyclables vers le parc Lansdowne, mais il améliorera également l’accès aux stations de train léger Hurdman et Lees.

Ce pont ajoutera un point de passage à celui du pont de la rue Bank, reliera le réseau cyclable du centre-ville au Vieil Ottawa-Est et à la rue Main et améliorera l’accès au Vieil Ottawa-Sud par l’avenue Riverdale.

Nous avons également fait un pas audacieux vers une ville plus véloconviviale en 2011 avec le projet pilote de voies cyclables sur l’avenue Laurier.

Cette installation cyclable d’un kilomètre de longueur est presque immédiatement devenue l’un des meilleurs circuits pour les navetteurs à vélo, y compris les étudiants qui traversent le centre-ville achalandé.

Aujourd’hui, les voies cyclables de l’avenue Laurier sont un élément clé d’un lien de 12 kilomètres de Vanier à Westboro, avec une seule brèche de moins de 100 mètres qui sera comblée une fois que la déviation du circuit d’autobus liée au TLR aura été supprimée.

Les voies cyclables sur l’avenue Laurier font partie d’une installation continue plus longue qui a atteint des sommets de 4 000 déplacements à vélo en une seule journée – ce qui est une excellente nouvelle!

Par exemple, depuis que des voies cyclables ont été mises en place sur l’avenue Laurier, 34 632 déplacements mensuels ont été enregistrés en moyenne sur cet important circuit est-ouest pour les cyclistes, totalisant 2,6 millions déplacements depuis leur mise en place en 2011.

J’ai aussi entendu de nombreux résidents – et pas seulement des cyclistes – parler de l’incidence majeure qu’avait la passerelle Adàwe dans leur vie.

La passerelle est largement utilisée à la fois par les cyclistes et les piétons – en fait, en date d’hier soir, nous avions enregistré 1 477 000 passages sur la passerelle depuis son inauguration en décembre 2015.

Un peu moins de la moitié de ces passages ont été effectués à vélo.

Et nous pouvons nous attendre à une augmentation de ce nombre de passages en raison de l’ouverture prochaine, dans les anciens locaux du Club de tennis Rideau, d’un nouveau centre sportif multidisciplinaire qui viendra renouveler la vocation sportive de l’établissement vieux de 105 ans.

À l’intérieur de la Ceinture de verdure, la part modale de déplacements à vélo a déjà atteint 5 %, et nous sommes en bonne voie d’atteindre notre objectif de 8 % d’ici 2031.

D’ici 2018, le réseau cyclable transurbain, une fois mis en place, sera déployé à 70 % dans les quartiers illustrés ci-dessus.

TLR / TRANSPORT EN COMMUN

Outre les investissements et les progrès réalisés au chapitre des liens piétonniers et cyclables, notre projet de train léger sur rail aura également d’importantes répercussions positives sur l’utilisation du vélo à l’échelle de la ville.

À compter de l’an prochain, une nouvelle infrastructure cyclable sera mise en service dans le cadre du projet de la Ligne de la Confédération.

En effet, l’un des principes clés de ce projet consiste à intégrer le tracé et les stations de du TLR (Étape 2) aux réseaux piétonniers et cyclables locaux.

Voici deux excellents exemples de projets où le couloir du TLR est mis à profit pour étendre le réseau cyclable :

  • le nouveau sentier entre la rivière Rideau et le campus Lees de l’Université d’Ottawa, en plein centre-ville;
  • dans le cadre des travaux de prolongement du TLR (Étape 2), un nouveau sentier important reliera les sentiers Doug-Thompson et du ruisseau Sawmill, assurant ainsi la liaison avec Osgoode Village.

Ce ne sont là que deux exemples qui illustrent comment le personnel met tout en œuvre pour intégrer un réseau de sentiers polyvalents à la planification de notre futur réseau de transport en commun rapide.

Secteurs ruraux

Bien que le navettage à vélo se concentre généralement dans les secteurs à forte densité de population, notamment dans les quartiers du centre-ville, la demande pour des infrastructures cyclables améliorées se fait sentir dans toute la ville, tout comme dans les secteurs suburbains et ruraux.

Afin de répondre à cette demande croissante, nous procéderons cette année à la construction d’importantes infrastructures dans les secteurs suburbains, y compris :

  • le sentier du chemin Shefford;
  • le sentier Trans-Orléans;
  • un lien entre la voie Harthill et la rue Halley à Barrhaven;
  • des améliorations à la sécurité des cyclistes et des piétons sur certains tronçons de la promenade Campeau.

Ces initiatives offriront aux résidents des environs de nouvelles possibilités de transport actif pour se rendre au travail ou explorer le secteur où ils vivent.

De plus, le vélo pourrait être une première étape importante du déplacement intermodal des navetteurs à grande distance qui utiliseront notre réseau de TLR.

C’est pourquoi nous nous efforçons d’établir une liaison solide avec le réseau de transport en commun et d’améliorer le stationnement pour vélos dans les carrefours de transport, par exemple en mettant en place de nouveaux abris à vélos et des aires de stationnement fermées pour vélos.

Comme vous le savez, en amenant un plus grand nombre de résidents à adopter le cyclisme comme moyen de transport, nous pourrons libérer des espaces de stationnement de parc-o-bus, réduire la congestion et rendre le déplacement multimodal plus attrayant que l’utilisation de l’automobile pour aller au centre-ville.

Cette année, nous avons commencé à promouvoir les secteurs ruraux comme destinations cyclables.

Comme vous pouvez le voir derrière moi, nous aménagé trois couloirs principaux dans les secteurs ruraux, soit ceux des sentiers Prescott-Russell, Doug-Thompson et Ottawa-Carleton. Nous élargissons aussi le réseau de routes présentant des accotements asphaltés pour favoriser le cyclisme.

Sécurité à vélo

Je sais que la sécurité à vélo est une préoccupation de premier plan pour bon nombre de cyclistes.

La bonne nouvelle, c’est que les tendances montrent que les collisions impliquant des cyclistes sont à la baisse.

Mais il reste toujours du travail à faire dans ce domaine.

Il y a encore trop de personnes qui ne respectent pas les règles, tant chez les automobilistes que chez les cyclistes.

Nous devons poursuivre nos efforts d’éducation et faire respecter toutes les règles de la circulation auprès de ceux qui circulent à vélo et en voiture.

Dans les secteurs à forte circulation, les nouvelles normes de conception et les rues complètes permettent une séparation et une protection accrues pour les cyclistes.

Derrière moi se trouve une image de la nouvelle intersection protégée du chemin Dynes et de l’avenue Fisher.

Cette première intersection à quatre voies entièrement protégée à Ottawa sera pleinement opérationnelle à compter de l’été 2019.

 

L’amélioration de la sécurité passe par l’acquisition de nouvelles habitudes et par la sensibilisation de tous les usagers de la route ― les automobilistes, les cyclistes et les piétons.

Nous devons travailler en partenariat pour nous assurer que nos routes sont sécuritaires pour tous.

Je suis fier de tout ce que nous avons accompli ensemble, surtout depuis 2011.

 

En 2013, Ottawa est devenue la première ville au Canada à se voir décerner le Prix Or de la collectivité véloconviviale, et nous demeurons un chef de file en infrastructures cyclables.

Pour l’avenir, nous continuerons de mettre l’accent sur la connectivité du réseau, d’améliorer la qualité et la sécurité des infrastructures et des intersections et, enfin, de promouvoir le cyclisme et le transport actif comme des solutions efficaces pour accéder au réseau de transport en commun.

Je suis convaincu que nous continuerons de collaborer efficacement vers l’atteinte de ces objectifs communs.

Merci beaucoup.