Au cours de mes déplacements aux quatre coins de notre ville, j’ai l’occasion de rencontrer de nombreuses personnes, aussi bien des résidents d’Ottawa que des gens de l’extérieur. Une des questions que j’aime le plus leur poser est « Quel est votre attrait préféré à Ottawa? ». Les réponses les plus fréquentes?

La colline du Parlement, le canal Rideau et le marché By. Leur point commun? Ces attractions se situent toutes à proximité de la rivière des Outaouais.

Qu’on l’appelle rivière des Outaouais, Ottawa River ou Kichesippi, ce cours d’eau en bordure duquel notre capitale nationale a été bâtie a été au fil du temps un lieu de rassemblement, un sujet et une source d’inspiration pour les artistes, et est une source inépuisable de beauté depuis la fondation de notre ville.

À l’approche du 150e anniversaire de la Confédération, en 2017, il est de plus en plus évident que nous devons protéger la santé et la vitalité de ce cours d’eau pour les générations futures.

C’est pourquoi, en 2010, le Conseil municipal a approuvé le Plan d’action de la rivière des Outaouais, un plan exhaustif et musclé pour la préservation de la rivière et qui consiste en 17 projets dont l’objectif est de :

  • maintenir un écosystème aquatique sain;
  • respecter et dépasser les exigences réglementaires;
  • optimiser l’utilisation récréative de la rivière et réduire les fermetures de plages;
  • élaborer une stratégie à long terme pour orienter et hiérarchiser les mesures à prendre.

En collaboration avec nos homologues des gouvernements fédéral et provincial, nous avons pu réaliser d’importants progrès.

Nous avons considérablement réduit la quantité de surverses d’égouts unitaires (plus de 80 %) au cours des dernières années, mais il y a encore du travail à faire.

Malgré tous nos progrès, l’an dernier, 205 millions de litres d’eaux usées et de déchets non traités ont tout de même trouvé leur chemin jusqu’au plus important cours d’eau de notre ville et une tempête a causé une grave surverse en juin.

Le fait qu’encore au XXIe siècle des eaux d’égout brutes se déversent dans une rivière d’importance, qui coule juste derrière les édifices du Parlement, donne à réfléchir.