Le vendredi 30 septembre marque la deuxième Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

Cette journée est l’occasion de sensibiliser la population à l’héritage douloureux et aux répercussions du système de pensionnats autochtones. C’est le moment de faire progresser nos efforts de réconciliation afin de construire un avenir meilleur pour tous les membres de notre communauté.

Le gouvernement fédéral a établi la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation en 2021 en réponse à l’appel à l’action no 80 de la Commission de vérité et réconciliation(lien externe). Les appels à l’action(lien externe) fournissent une orientation importante pour tous les ordres de gouvernement, les institutions et l’ensemble des Canadiens et des Canadiennes afin de corriger les torts causés par les pensionnats et de faire progresser la réconciliation.

Les services municipaux seront assurés selon un horaire différent cette journée-là. Pour en savoir plus, veuillez consulter la page Modification des horaires pour la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

Travailler à la réconciliation

La Ville continue de faire des progrès en ce qui concerne ses engagements en matière de réconciliation. Ottawa est construite sur le territoire non cédé de la Nation Anishinabe Algonquine, et la région d’Ottawa compte environ 40 000 membres des Premières Nations et des peuples inuits et métis.

Les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation, ainsi que les Principes de la vérité et de la réconciliationS’ouvre dans un nouvel onglet ou une nouvelle fenêtre(lien externe), ont inspiré l’élaboration du premier plan d’action de réconciliation de la Ville en 2018, qui comprend des travaux visant à sensibiliser le personnel de la Ville à la culture autochtone.

En 2022, la Ville a créé une nouvelle Direction des relations avec les Autochtones. Cette équipe travaille aux côtés de partenaires autochtones et non autochtones afin de définir les possibilités de changements systémiques qui permettront d’améliorer l’accès aux programmes et aux services. Elle soutient également le travail de la Ville pour faire progresser la réconciliation, y compris le renouvellement du Plan d’action de réconciliation.

Reconnaissance de cette journée

À l’occasion de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, nous pouvons en apprendre davantage et réfléchir à la signification de cette journée en assistant à un événement, en lisant le rapport sur la vérité et la réconciliation, en écoutant les Aînés ou en prenant un moment de réflexion personnelle. La réconciliation est une responsabilité partagée par tous les Canadiens et Canadiennes et exige que l’on agisse non seulement en cette journée, mais également tous les jours.

Voici quelques activités auxquelles vous pouvez participer pour approfondir votre apprentissage et souligner cette journée :

En reconnaissance de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, les drapeaux de l’hôtel de ville, y compris celui des survivants, et les drapeaux de toutes les installations de la Ville, seront mis en berne à partir du lever du soleil le vendredi 30 septembre jusqu’au lever du soleil le samedi 1er octobre. En outre, les bâtiments suivants seront éclairés en orange :

  • La place Marion-Dewar, du coucher du soleil le jeudi 29 septembre au lever du soleil le samedi 1er octobre
  • L’édifice historique, du coucher du soleil le vendredi 30 septembre au lever du soleil le samedi 1er octobre
  • L’enseigne OTTAWA située au marché By, du coucher du soleil le vendredi 30 septembre au lever du soleil le samedi 1er octobre
Porter la couleur orange : symbole de commémoration

Que vous assistiez à un événement ou que vous preniez le temps d’apprendre par vous-même, nous vous encourageons à porter un chandail orange lors de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation pour contribuer à la sensibilisation.

Le vendredi 30 septembre coïncide avec la Journée du chandail orange(lien externe), qui rend hommage à l’histoire de Phyllis (Jack) Webstad, une ancienne élève d’un pensionnat qui s’est vue retirer son chandail orange lors de son premier jour au pensionnat.

Le chandail orange est devenu un symbole du souvenir de tous les enfants autochtones qui ont été retirés de leur famille pour être placés dans des pensionnats où leur langue et leur culture étaient réprimées, et où de nombreux enfants ont subi des violences physiques, émotionnelles ou sexuelles.

L’année dernière, des milliers de tombes non marquées ont été découvertes partout au Canada sur les sites d’anciens pensionnats. Le travail de mise au jour d’autres tombes se poursuit dans plusieurs communautés autochtones. En réaction à ces découvertes, l’Assemblée des Premières Nations et d’autres groupes autochtones ont organisé une visite avec le pape François, au cours de laquelle celui-ci a présenté des excuses aux survivants pour le rôle joué par l’église catholique dans le système des pensionnats autochtones.

Pour en savoir plus sur les programmes et services de la Ville, consultez ottawa.ca ou composez le 3‑1‑1 (ATS : 613-580-2401) ou le 613-580-2400 pour joindre la Ville en utilisant le Service de relais vidéo canadien. Vous pouvez également communiquer avec nous sur Facebook(lien externe)Twitter(lien externe) et Instagram(lien externe).