Ottawa —  Ce matin, le maire Watson et le président du Conseil de santé d’Ottawa, le conseiller Keith Egli ont participé à une téléconférence avec les membres du Caucus des maires des grandes municipalités de l’Ontario (LUMCO) pour discuter des conséquences du récent budget provincial sur les municipalités.

Le Caucus des maires des grandes municipalités de l’Ontario a publié le communiqué de presse ci-joint résumant les préoccupations des maires à propos des compressions faites à la santé publique et à de nombreux autres services municipaux essentiels.

« Lorsque la Ville est en état d’urgence en raison des inondations, le besoin d’une unité de santé publique efficace ne pourrait être plus évident. Les compressions de financement à la santé publique ainsi qu’aux efforts de réduction de risques d’inondation des offices de protection de la nature n’auraient pu survenir à un pire moment, a déclaré le maire Jim Watson. Les récentes annonces provinciales montrent qu’il s’agit d’un budget furtif dont les compressions de financement et les délestages provinciaux sont révélés au moyen de lettres d’allocation de fonds aux programmes municipaux. Les conséquences de ces allocations réduites de financement créent des pressions immédiates pour Ottawa alors que le budget municipal 2019 a déjà été fixé. »

« Au cours des derniers jours, nous avons vu Santé publique Ottawa (SPO) se lever pour contribuer de manière importante aux efforts sur le terrain dans les communautés touchées par les inondations continuelles; des visites de bien-être de porte en porte pour veiller à ce que les résidents soient en sécurité et informés au sujet de l’eau potable, de la sécurité alimentaire et de la santé mentale, jusqu’à participer aux efforts d’évacuation lorsque nécessaire, a déclaré le président Egli. Une fois que les eaux se seront retirées, SPO sera encore là pour fournir de l’expertise en matière d’analyse de l’eau des puits et en fournissant des ressources en santé mentale par le rétablissement et le nettoyage. »

En plus des 6 millions de dollars estimés de compression à l’égard de Santé publique Ottawa en 2019, la Ville suit aussi les conséquences des compressions provinciales de financement sur les programmes suivants :

  • Le programme de taxe provinciale sur l’essence, qui entraînera un manque à gagner de 90 millions de dollars d’ici 2022 en revenus annuels anticipés réservés pour le transport en commun
  • Le logement abordable, qui pourrait voir une réduction de 69 millions de dollars en financement des immobilisations au cours des six prochaines années pour la construction de nouveaux logements
  • Les services de garde d’enfants, ce qui entraînera un déficit cette année et des pressions supplémentaires de 5,2 millions de dollars pour le budget 2020
  • L’Initiative des services de toxicomanie, qui perdra environ 1,8 million de dollars en financement provincial avec l’élimination du programme
  • Les services de consommation sécuritaire d’Ottawa, ce qui entraînera une pression de 1,2 million de dollars sur la Ville pour maintenir cette clinique SPO

Les membres du personnel municipal d’Ottawa procèdent actuellement à un examen complet des annonces récentes pour leurs conséquences sur les municipalités, notamment les compressions aux bibliothèques, à la stratégie de gestion de la forêt urbaine, aux subventions en tourisme, aux modifications aux services de répartition des ambulances, à Ontario au travail, au financement perdu par la fin du Programme de plafonnement et aux programmes susmentionnés. Le personnel présentera un rapport au Conseil en juin.