Le bureau du maire Jim Watson reçoit présentement les candidatures pour un poste d’emploi d’été étudiant(e)

Le candidat idéal au poste d’adjoint(e) spécial(e) : 

  • a un sens avancé de l’organisation, est motivé(e), ponctuel(le) et capable de bien travailler sous pression;
  • possède de fortes aptitudes en matière de relations interpersonnelles, y compris du tact, de la diplomatie et une capacité à interagir avec les autres;
  • doit faire preuve d’un intérêt pour les affaires municipales et d’une capacité à collaborer avec les résidents concernant leurs questions et leurs inquiétudes;
  • doit être en mesure de travailler selon un horaire souple, y compris en soirée et en fin de semaine;
  • assiste le maire lors d’activités communautaires aux quatre coins de la ville;
  • doit posséder un permis de conduire valide (par exemple, de catégorie « G » sans restriction en Ontario);
  • effectue d’autres tâches telles qu’assignées, y compris mais pas limitées à fournir un soutien administratif général, et préparer la correspondance et les informations relatives aux demandes de renseignements des résidents; et

Le bilinguisme est un atout, ainsi que la connaissance d’autres langues. 

Poste de mai à la fin août 2021. Vous pouvez envoyer votre curriculum vitæ en toute confidentialité à la personne indiquée ci-dessous, au plus tard le vendredi 16 avril 2021. 

James Armbruster
Office of Mayor Jim Watson / Bureau du maire Jim Watson
City of Ottawa / Ville d’Ottawa
110 Laurier Ave. West / 110 ave. 
Laurier Ouest
Ottawa, Ontario K1P 1J1
 

Prière de soumettre votre candidature par courriel à:  James.Armbruster@Ottawa.ca 

Nous remercions tous les candidat(e)s de leur intérêt, mais nous ne communiquerons qu’avec les personnes dont la candidature aura été retenue pour les prochaines étapes du processus de sélection. 


Le maire Watson dévoile un ensemble de mesures visant à aider les petites entreprises et événements spéciaux après la pandémie

OTTAWA – Le maire Jim Watson a annoncé aujourd’hui une série de mesures qui aideront les petites entreprises et de nombreux partenaires en développement économique à se rétablir suite à la pandémie. Ces mesures sont décrites dans deux rapports du personnel qui seront présentés au Conseil municipal en avril.

Dans le cadre du Rapport sur la politique fiscale, et en réponse à la demande du maire Watson au personnel d’envisager la création d’une sous-catégorie d’imposition pour les petites entreprises, le personnel explorera la possibilité d’offrir un allègement fiscal permanent de 10 % à environ 4700 propriétés commerciales abritant à peu près 7800 petites entreprises à travers la ville — sans incidence sur les contribuables résidentiels — parmi environ 12 000 propriétés commerciales et industrielles à Ottawa.

Pour une petite entreprise moyenne évaluée à 600 000 $ et payant 15 000 $ en taxes municipales et scolaires, il s’agit d’un allègement de 1000 $, et d’un possible rabais supplémentaire de 500 $, si le gouvernement provincial décidait d’offrir un allègement semblable pour les taxes scolaires.

Bien que le personnel municipal attende toujours la réglementation provinciale habilitante, il a commencé à définir les types de propriétés et entreprises qui pourraient être admissibles à la sous-catégorie d’imposition pour les petites entreprises. Le personnel a aussi analysé la légère incidence qu’aurait cet allègement sur le reste de la catégorie des propriétés commerciales. Les propriétaires seraient tenus de transmettre l’allègement aux petites entreprises en location; s’ils ne le font pas et que la Ville reçoit une plainte, l’allègement fiscal serait révoqué.

La liste des propriétés admissibles proposées est exhaustive et comprend la grande majorité des petits immeubles de bureaux, les petits bâtiments commerciaux avec logements résidentiels, les petites entreprises de vente au détail, divers immeubles polyvalents, les restaurants, les restaurants-minute, les ateliers de réparation ou d’esthétique automobile, les champs d’entraînement au golf, les marinas et les cinémas, tavernes, motels et auberges, garderies, clubs sportifs récréatifs, salles de quilles, petits champs de course et salles et clubs de réunion indépendants. La proposition comprend aussi les copropriétés commerciales et industrielles, ainsi que les centres commerciaux de quartier de moins de 15 000 pieds carrés, car ces derniers sont majoritairement occupés par des petites entreprises.

De concert avec l’élimination de l’allègement pour les terrains commerciaux/industriels excédentaires, qui offrent actuellement un allègement de 30 % à 430 grandes propriétés, l’allègement de 10 % pour les petites entreprises mènera à une augmentation de 0,68 % pour les 7300 plus grandes propriétés commerciales et industrielles d’Ottawa.

Pour une propriété commerciale résiduelle de valeur moyenne, évaluée à 4 millions de dollars et payant 102 000 $ en taxes municipales et scolaires, il s’agirait d’une augmentation de 700 $ pour compenser l’allègement pour les petites entreprises.

Le Rapport sur la politique fiscale sera présenté au Conseil municipal plus tard en avril.

« Je souhaite remercier le personnel pour son excellent travail sur cette proposition, et je suis très heureux qu’elle offrira un allègement fiscal à 7800 petites entreprises aux quatre coins de la ville, ce qui les aidera sans doute à réinvestir dans leur entreprise et à se rétablir après la pandémie, » a affirmé le maire Jim Watson.

La Ville a déjà lancé de nombreux programmes et mesures d’aide aux petites entreprises au cours de la dernière année. Plus récemment, le Conseil a renouvelé le Programme d’innovation lié aux terrasses pour la prochaine saison — qui a été lancée le 18 mars au lieu du 1er avril, suite à l’annonce confirmant le retour d’Ottawa en zone rouge.

Dans le cadre du Programme d’innovation lié aux terrasses, nous avons vu environ 350 terrasses et cafés apparaître dans toute la ville l’an dernier, soit 260 de plus qu’en 2019. Nous avons aussi constaté la fermeture de sept routes, ce qui a créé 500 places supplémentaires aux restaurants et aux clients satisfaits.

Les restaurants qui ont payé des frais pour les terrasses en 2019 les verront annulés une fois de plus cette année, ce qui économisera 4500 $ au propriétaire de terrasse moyen, soit des économies de 1000 $ pour la plus petite terrasse et 19 000 $ pour la plus grande.

Dans le cadre du rapport du Cadre de reprise économique, qui est orienté par les discussions tenues lors de la table ronde sur la relance économique animée par le maire Watson le 9 février dernier, le maire a annoncé une série de mesures supplémentaires de rétablissement de notre économie locale et de reprise de nos partenaires en matière de développement économique.

 

Ces mesures comprennent :

  • Réduction des frais de location d’installations municipales : À compter de septembre 2021 et jusqu’à la fin 2022, une réduction de 50 % des frais de location sera offerte à certains établissements municipaux, notamment le pavillon Aberdeen, l’Édifice de l’horticulture, les Théâtres Meridian @ Centrepointe et le Centre des arts Shenkman, pour tout événement public offrant une programmation artistique ou culturelle. Cette réduction avantagera non seulement nos festivals et organisateurs d’événements spéciaux, mais aussi nos musiciens locaux et le secteur touristique en général.
  • Retour de notre personnel dans les lieux de travail de la Ville : Pour soutenir la santé économique du centre-ville d’Ottawa, où les commerces de vente au détail et les restaurants ont été touchés de façon disproportionnée, l’équipe de la haute direction de la Ville, en consultation avec SPO, élabore un plan qui sera prêt au début du T3 traçant un retour par étapes dans les lieux de travail de la Ville. Bien que moins du tiers du personnel municipal travaille actuellement de la maison, nous souhaitons jouer un rôle de meneur dans le retour des employés dans les lieux de travail du centre-ville d’Ottawa en fonction des étapes de vaccination et des conseils de SPO concernant les délais et précautions nécessaires. Nous continuerons de demander au gouvernement fédéral d’adopter une approche semblable de retour de son effectif, qui joue un rôle important dans le dynamisme de notre centre-ville et le nombre d’usagers du transport en commun.
  • Création de possibilités pour les étudiants de niveau postsecondaire : En collaboration avec nos collèges et universités, la Ville est déterminée à jouer un plus grand rôle dans l’apprentissage par l’expérience en augmentant le nombre de stages coop et de possibilités d’emploi saisonnier d’envergure. En 2019, la Ville embauchait 60 étudiants en stages coop et 1047 en emploi d’été. Ces possibilités ont été réduites de façon importante en raison de la COVID-19, mais à la demande du maire Watson, le personnel propose d’augmenter à 70 l’embauche d’étudiants coop en 2022 et à plus de 100 stages coop d’ici 2024.
  • Revendications avec et au nom de YOW : En collaboration avec l’équipe de direction de l’Aéroport international d’Ottawa, le maire Watson fait pression auprès du gouvernement fédéral pour obtenir le financement nécessaire pour terminer la station Aéroport de l’Étape 2 du train léger, qui est essentielle à l’ouverture du prolongement de l’O-Train vers le sud. Des efforts en parallèle sont aussi en cours pour la reprise du service aérien international à Ottawa. Dès le début de la pandémie, le gouvernement du Canada a nommé quatre aéroports où se concentrerait la circulation aérienne internationale au pays. Plus longtemps ce modèle demeure en place et plus les ressources des compagnies aériennes et de leurs services de soutien sont redéployées vers ces quatre aéroports, plus il sera difficile pour l’Aéroport international d’Ottawa de reprendre ses activités et son volume après la pandémie.

 

D’autres mesures appuyant la reprise de nombreux secteurs de notre économie sont décrites dans le rapport. Y sont inclus l’appui et la poursuite des pressions auprès des partenaires provinciaux et fédéraux pour faire avancer d’importants projets bâtisseurs, notamment le nouveau campus Civic de l’Hôpital d’Ottawa et l’aménagement des plaines LeBreton, ainsi que les projets d’infrastructure prioritaires proposés par les établissements postsecondaires de la ville.

« Je crois que nous proposons un ensemble d’incitatifs très solide qui aidera vraiment les petites entreprises et les organisateurs d’événements spéciaux à traverser cette période difficile. Ces mesures leur offriront non seulement l’espoir dont ils ont besoin pour se rendre au bout, mais aussi le soutien qui les aidera à prospérer après la fin de la pandémie. »

Le rapport du Cadre de reprise économique sera présenté au Comité des finances et du développement économique lors de sa rencontre du mardi 6 avril.


Service interconfessionnel pour souligner l'anniversaire de la COVID-19

À l’occasion du premier anniversaire du premier décès causé par la COVID-19 à Ottawa, le maire Jim Watson était l’hôte d’un service interconfessionnel en l’honneur de tous les résidents de la ville d’Ottawa qui ont perdu la vie à cause de la COVID-19.

Le maire Watson était accompagné de la Dre Vera Etches, médecin chef en santé publique d’Ottawa, de la cheffe Wendy Jocko, Première Nation algonquine de Pikwàkanagàn, de M. François Couillard, communauté Bahá’íe d’Ottawa, du révérend Dr Anthony Bailey, Église unie Parkdale, du rabbin Idan Scher, Congregation Machzikei Hadas, et de l’imam Samy Metwally, Islamic Society of Gloucester, pour la cérémonie solennelle au coucher du soleil à la place Marion-Dewar à l'hôtel de ville.

Le premier décès causé par le coronavirus à Ottawa s'est produit le 25 mars 2020. Pour commémorer ce jour, les drapeaux de l’hôtel de ville d’Ottawa sont en berne du lever du soleil le jeudi 25 mars au coucher du soleil le dimanche 28 mars.

 

Citations

« Nous nous souviendrons de tous ceux et celles qui ont perdu la vie et nous pensons à la famille et aux amis qui sont en deuil de leurs proches. »

Maire Jim Watson, Ville d’Ottawa

 


Réforme du Service de police d’Ottawa : un mandat à soutenir

Au cours de la dernière année, à titre de membre de la Commission de services policiers d’Ottawa, j’ai eu le privilège de contribuer à d’importants progrès dans la mise en œuvre d’une réforme et d’innombrables nouvelles méthodes opérationnelles visant à venir en aide aux personnes en crise. Il s’agit notamment de modifier notre façon de traiter les personnes qui ont des problèmes de santé mentale et de reconnaître de manière officielle l’incidence de l’origine ethnique dans nos interactions.

J’ai pu constater que le Service de police d’Ottawa affiche une nouvelle ouverture et une nouvelle volonté de régler les problèmes, et que les membres des différents échelons veulent discuter de ces questions en toute franchise.

Depuis qu’il a été nommé au Service de police d’Ottawa il y a un an et demi, le chef Peter Sloly – avec l’aide de son équipe – a joué un rôle essentiel dans le rétablissement d’une relation de confiance avec les communautés racisées, un travail qui commence au sein du Service lui-même. En effet, je constate avec fierté que ce vif souci de diversité se reflète dans la récente cohorte de 96 recrues, qui compte 32 femmes, 31 hommes racisés et 3 personnes autochtones.

Le chef Sloly a également rétabli le programme de surveillance policière dans les quartiers, grâce auquel les agents peuvent nouer des liens constructifs et durables avec les résidents et les partenaires communautaires dans les milieux à risque.

En 2019, trois équipes de ressources de quartier ont été déployées dans Vanier-Overbrook, Heron Gate-Ottawa-Sud, et Carlington-Caldwell. Vu leur succès, le programme a été élargi à trois autres quartiers l’année dernière : marché By-Basse-Ville en mai et centre-ville et Bayshore à l’automne. Avec ce modèle, pendant au moins deux ans, les agents interviennent uniquement dans le quartier qui leur est assigné, où ils collaborent avec les résidents, les écoles, les organismes à but non lucratif, les associations professionnelles et le personnel de la Ville pour mieux comprendre les problèmes socioéconomiques qui sous-tendent la criminalité et les combattre.

Ces programmes reposent sur une intervention adaptée en santé mentale et une formation sur le racisme envers les Noirs et les Autochtones. À la réunion de la Commission de services policiers d’Ottawa de janvier, le chef Sloly a fait part de son intention de consulter les gens du milieu pour savoir comment le Service de police d’Ottawa peut mieux assurer la sécurité et le bien-être des résidents qui ont des problèmes de santé mentale, entre autres lorsque les agents interviennent en cas de crise.

J’appuie le chef Sloly dans son travail de réforme du Service de police d’Ottawa. C’est en restant déterminés et inébranlables dans notre démarche que nous pourrons créer un service inclusif et réactif qui saura mieux répondre aux besoins de tous les résidents.


Célébration virtuelle à l’occasion de la Journée internationale des femmes 

Son Honneur Jim Watson, maire de la Ville d’Ottawa, et la conseillère Theresa Kavanagh, agente de liaison du Conseil pour la condition féminine et l’équité des genres, vous convient à une célébration virtuelle à l’occasion de la Journée internationale des femmes durant laquelle se déroulera une discussion informelle avec le maire Watson et la Dre Vera Etches, M.D., M.Sc.S., CCMF, FRCPC, médecin-chef en santé publique, Santé publique Ottawa.

Le lundi 8 mars 2021

8 h à 9 h

Diffusion sur Rogers tv Ottawa,

Page Facebook du maire Watson, page Facebook de la Ville d’Ottawa, et la chaîne YouTube de la Ville d'Ottawa

 

 


La Ville redémarre progressivement ses services en personne conformément au statut « orange-restreindre » de l’Ontario

Ottawa – La province de l’Ontario lèvera les restrictions liées à la COVID-19 et fera passer Ottawa dans la catégorie « orange-restreindre » à compter du mardi 16 février, à 0 h 01. La catégorie « orange-restreindre » permet à la Ville d’Ottawa de proposer à nouveau certains des services qu’elle offrait avant l’entrée en vigueur des décrets d’urgence à l’échelle de la province.

Loisirs et culture

Les services de loisirs redémarreront progressivement à certains emplacements en vertu du palier « orange-restreindre » prévu par la province. Des réservations sont requises pour accéder à la plupart des activités. Consultez le site ottawa.ca/loisirs pour obtenir plus d’information sur les activités à la carte, les emplacements, les locations de salles, les réservations et ainsi que tous les protocoles et restrictions liés à la COVID-19.

Les activités et les programmes suivants reprendront le 16 février :

  • Les séances de bain public et de natation en couloir dans certaines piscines.
  • Les programmes d’aquaforme.
  • Les salles de musculation et de cardio rouvriront, mais leur capacité sera limitée.
  • Les activités sportives reprendront, mais il faudra se conformer aux capacités limitées et aux mesures de distanciation physique.
  • Les programmes destinés aux aînés.
  • Le patinage libre recommencera aussi dans certains arénas à partir du 20 février.

Il sera possible de réserver ces activités sur ottawa.ca dès le 14 février, à 18 h.

Il faudra encore réserver ses places pour utiliser les patinoires réfrigérées extérieures, qui ne pourront accueillir plus de 25 patineurs.

La reprise des autres activités récréatives et artistiques sera annoncée au cours des prochaines semaines.

Patinoires extérieures communautaires

La ligne directrice de Santé publique Ottawa maintient la capacité d’accueil à 25 patineurs sur les patinoires extérieures et à 12 sur les petites patinoires. La pratique de jeux dirigés et de matchs de sports sans contact étant autorisée, les patineurs peuvent apporter leurs bâtons et leur équipement de hockey sur la glace, tout en s’assurant de respecter la capacité limitée sur la patinoire et les mesures de distanciation physique. Le port du masque est obligatoire dans un périmètre de 15 mètres de la patinoire et fortement recommandé lorsqu’on patine.

Pentes de glissade

Conformément aux directives de Santé publique Ottawa, la limite de 25 personnes en haut et en bas de la colline de glisse est maintenue, et une distanciation physique de deux mètres doit être observée en tout temps. 

Locations d’installations

L’option Sélectionner des espaces locatifs municipaux permettra d’accueillir jusqu’à 50 personnes à l’intérieur et 100 personnes à l’extérieur, pourvu que l’espace permette une distanciation physique d’au moins deux mètres. 

Services au comptoir

Les services en personne reprendront le lundi 22 février, mais les clients pourront commencer à prendre rendez-vous pour cette semaine dès le mardi 16 février.

Service Ottawa – Centres de service à la clientèle et Services du Code du bâtiment       

  • Les centres de service à la clientèle de l’hôtel de ville et de la Place-Ben Franklin (100, promenade Centrepointe) et les comptoirs des Services du Code du bâtiment seront accessibles uniquement sur rendez-vous. Consultez la page ottawa.ca pour connaître la liste des services offerts en personne.
  • Les résidents doivent prendre un rendez-vous avant de se rendre dans les Centres du service à la clientèle en faisant appel à l’outil de réservation en ligne sur ottawa.ca. Les résidents qui n’ont pas accès à Internet peuvent réserver une plage horaire en composant le 3-1-1 et en choisissant l’option 6 (pour le centre du service à la clientèle). Les demandes de rendez-vous dans la journée même dépendront des disponibilités.
  • Les Services du Code du bâtiment continueront d’appuyer le dépôt des demandes par courrier postal et courrier électronique (permisdeconstruction@ottawa.ca).

Centres d’emploi et des services sociaux (Services financiers) et bureau du programme de suppléments de loyer

  • Des services restreints au comptoir et de dépôts de documents seront offerts dans les quatre centres, en l’occurrence, au 370, rue Catherine; au Centre Mary Pitt (100, promenade Constellation, deuxième étage, Ouest); au 2020, chemin Walkley; et au 2339, chemin Ogilvie, les jours de semaine de 9 h à 15 h. Pour tous les autres services, le personnel fournira une assistance par téléphone et par courriel, de 8 h 30 à 16 h 30.
  • Le Centre Mary-Pitt (100, promenade Constellation, deuxième étage, Ouest) sera également le seul endroit où des services restreints au comptoir seront offerts du lundi au vendredi, de 9 h à 15 h, et où il sera possible de déposer des documents, dans le cadre du Programme de suppléments de loyer. Le personnel continuera à fournir du soutien par téléphone et par courriel de 8 h 30 à 16 h 30.

Centre de permis d’entreprise

Le Centre de permis d'entreprise situé au 735, avenue Industrial poursuivra ses activités le lundi 22 février et offrira les services suivants en personne sur rendez-vous :

·                     permis d’entreprise (toutes les catégories);

·                     enregistrement d’un animal de compagnie.

Pour prendre rendez-vous, envoyer un courriel à l’adresse businesslicensing@ottawa.ca / permisdentreprise@ottawa.ca ou composer le 613-580-2424, poste 12735.

Succursales de Bibliothèque publique d’Ottawa – Lundi 22 février

Pour l’heure, les 28 succursales de Bibliothèque publique Ottawa offrent toutes un service de retour et de collecte en bordure de rue. Veuillez consulter le site biblioottawalibrary.ca/fr pour connaître les dernières mises à jour sur les services. Vous pouvez accéder aux ressources numériques et vous informer sur les articles de la bibliothèque en visitant le site Web de la Bibliothèque publique d’Ottawa.

Archives de la Ville

Les Archives centrales de la Ville conservées au Centre James-K.-Bartleman, 100, promenade Tallwood, accepteront de nouveau les rendez-vous en personne des résidents souhaitant visiter la salle de référence à compter de mardi 23 février. Les clients pourront prendre rendez-vous pour cette semaine à partir du mardi 16 février, en écrivant à archives@ottawa.ca ou en composant le 613-580-2857.

Application des règlements sur le stationnement

Toutes les restrictions visant le stationnement résidentiel sur rue s’appliqueront de nouveau dès le lundi 22 février. Des avertissements seront remis entre le mardi 16 février et le dimanche 21 février.

Afin d’aider à contrôler la propagation de la COVID-19, Santé publique Ottawa recommande également de se déplacer hors de la maison uniquement pour des besoins essentiels comme les achats d’épicerie et autres produits de nécessité, les rendez-vous chez le médecin et les activités physiques. Mais surtout, limitez vos contacts avec des personnes hors de votre ménage – y compris les personnes visitant votre résidence ou vous visitant d’autres ménages.

Pour de plus amples renseignements sur les programmes et services de la Ville, veuillez consulter ottawa.ca ou composer le 3-1-1 (ATS : 613-580-2401). Vous pouvez également communiquer avec nous par FacebookTwitter et Instagram.


Une nouvelle année, un nouveau départ

Nous ne connaitrons plus jamais d’année comme 2020.

Nous sommes entrés dans une nouvelle décennie en tirant des leçons des difficultés passées et en misant sur nos réussites en tant que ville. Les douze derniers mois ont sans contredit été l’une des périodes les plus bouleversantes de l’histoire de notre ville. Du jour au lendemain, la vie n’était plus telle que nous la connaissions. La pandémie de COVID-19 a paralysé des villes partout dans le monde, ce qui a causé un recul économique et une incertitude sociale sans précédent. Les gens ont été confinés à leur domicile et des entreprises ont été forcées de fermer leurs portes, sans savoir ce que l'avenir leur réservait.

Malgré les répercussions que la pandémie a eues sur les finances et la santé mentale de nos résidents et résidentes, nous avons eu la chance d’être témoins d’incroyables actes de bonté en 2020. Des centaines de collectes de fonds ont été organisées pour appuyer les efforts de lutte contre la COVID-19, des groupes communautaires se sont mobilisés afin de fabriquer des masques pour leurs voisins, et de jeunes enfants ont fait don de leurs économies à la Banque d’alimentation pour nourrir les personnes moins fortunées.

De toute évidence, la population d’Ottawa était prête à affronter cette pandémie et à aider ses concitoyens et concitoyennes à la traverser. En tant que maire, je demeure engagé à faire avancer les importants projets d’aménagement urbain, notamment :

  • Les travaux de construction de l’Étape 2 de notre réseau de train léger sont en cours.
  • Nous avons jeté les bases du prolongement du TLR vers Barrhaven, Kanata et Stittsville dans le cadre de l’Étape 3;
  • La revitalisation de la rue Elgin s’est achevée plus tôt que prévu;
  • Nous avons travaillé avec nos partenaires du secteur de la santé pour réduire le temps d'attente des services paramédicaux et pour obtenir le financement nécessaire à la création d’une nouvelle unité de 40 lits au campus Civic de l’Hôpital d’Ottawa;
  • Nous avons mis à jour notre Plan décennal de logement et de lutte contre l’itinérance en y intégrant des objectifs et des résultats concrets;
  • La révision de notre Plan officiel est en cours. Ce plan vise à encadrer la manière dont Ottawa va croître et s’améliorer au cours des 30 prochaines années;
  • Le tunnel de stockage des égouts unitaires est maintenant en service. Il s'agit d’un important investissement envers la protection de la rivière des Outaouais pour les générations futures; et
  • Nous allons de l'avant avec un plan de conception durable pour construire une bibliothèque centrale carboneutre.

Même si la population d’Ottawa sera sans aucun doute encore mise à l’épreuve lors de l'année à venir, j’ai confiance que nous continuerons de limiter la propagation du virus dans notre communauté tout en trouvant des moyens d’innover et d’avancer afin de sortir de cette crise plus forts que jamais.

Le début du processus de vaccination est une grande source d’optimisme, car il signifie que nous approchons d'un retour à une vie normale. Je suis convaincu que d’ici un an, nous pourrons de nouveau pratiquer les activités qui nous tiennent à cœur, et que nous aurons tiré de cette pandémie d’importantes leçons sur la résilience et l’entraide.

Je vous souhaite à tous et à toutes une année 2021 pleine de santé, d’amour et de bonheur.


Le Canada accueillera à Ottawa les Championnats du monde masculin et féminin de basketball en fauteuil roulant 2026 de l’I.W.B.F.

**Annonce de Basketball en Fauteil Roulant Canada**

(OTTAWA, ONT.) Aujourd’hui, alors que la Journée internationale des personnes handicapées est célébrée dans le monde entier, la sénatrice Chantal Petitclerc et Basketball en fauteuil roulant Canada ont le très grand plaisir d’annoncer que les Championnats du monde de basketball en fauteuil roulant, de la Fédération internationale de basketball en fauteuil roulant (I.W.B.F.), auront lieu à Ottawa, en 2026.

Ottawa 2026 sera le plus grand événement sportif d’équipe au monde, pour les athlètes de haute performance ayant un handicap. La compétition de basketball en fauteuil roulant de niveau élite sera un spectacle révélateur d’habiletés sportives, de ténacité et de persévérance, mettant en vedette les meilleurs athlètes du sport. Vingt-huit équipes – seize masculines et douze féminines – représentant une vingtaine de nations se disputeront les titres du championnat du monde.

« En tant que fière Canadienne et championne paralympique décorée, je suis ravie d’être présidente honoraire d’Ottawa 2026 et de renforcer la réputation du Canada, comme nation-chef de file dans le domaine du sport, par l’accueil du plus grand championnat du monde de tous les temps », a déclaré Chantal Petitclerc. « Le comité organisateur attend avec impatience d’offrir une expérience inoubliable et chargée d’émotions aux athlètes, aux intervenants et aux spectateurs, tout en étant le fer de lance de l’évolution du jeu au Canada et dans le monde entier. »

« Au-delà du terrain de jeu, cet événement va tellement plus loin que le sport. En ces temps difficiles, Ottawa 2026 représente une occasion importante d’unir le monde, de célébrer la résilience de l’esprit humain et de défendre l’inclusion. Notre vision est d’accueillir un événement transformationnel qui habilite le changement social, en engageant les gens à se sentir, à penser et à agir différemment en ce qui concerne le basketball en fauteuil roulant et les personnes handicapées. Tandis que nous célébrons la Journée internationale des personnes handicapées, nous croyons qu’Ottawa 2026 permettra de diriger des millions de personnes vers un monde plus inclusif, grâce à l’incroyable puissance du sport. »

Équipe Canada a été une force absolue du basketball en fauteuil roulant masculin et féminin, combinant quinze médailles aux championnats du monde, aux niveaux senior et junior, dont huit médailles d’or.

« J’ai personnellement éprouvé l’euphorie de représenter le Canada et de remporter une médaille d’or en sol canadien », a déclaré Cindy Ouellet, trois fois paralympienne et championne du monde. « En tant qu’athlète, il n’y a pas de plus grand honneur que de concourir à domicile devant votre famille, vos amis et vos concitoyens canadiens. Je suis heureuse de voir les gens d’Ottawa-Gatineau et du pays se rallier à cet événement. Les performances athlétiques ne manqueront pas de captiver le public du monde entier, tout en défiant les définitions traditionnelles de l’habileté. »

« Les occasions d’accueillir le monde à un événement de cette envergure sont rares », a soutenu Patrick Anderson, triple médaillé d’or paralympique et champion du monde. « Ottawa 2026 mettra en lumière les meilleurs athlètes de ce sport et nous donnera une plate-forme mondiale pour parvenir à l’excellence. Nous ne pouvons attendre de partager nos témoignages et notre passion pour le jeu, afin d’assurer l’essor de ce sport au Canada et dans le monde entier. »

Les Championnats du monde de basketball en fauteuil roulant de l’I.W.B.F. ont lieu tous les quatre ans. Des tournois de qualification de zone se dérouleront dans chacune des quatre zones de l’I.W.B.F. (Amériques, Afrique, Europe et Asie-Océanie) pour déterminer quels pays se joindront à Équipe Canada, à Ottawa.

« J’aimerais féliciter Basketball en fauteuil roulant Canada d’avoir obtenu le droit d’accueillir les Championnats du monde de basketball en fauteuil roulant 2026, de l’I.W.B.F., dans la ville d’Ottawa », s’est exclamé le président de l’I.W.B.F., Ulf Mehrens. « Basketball en fauteuil roulant Canada a fait ses preuves en matière de présentation d’événements exceptionnels de calibre mondial. Nous sommes ravis de travailler à nouveau avec cette association pour la tenue de ce championnat international de basketball en fauteuil roulant à Ottawa, afin de non seulement mettre en valeur ce sport dynamique, rapide et compétitif, mais aussi d’utiliser l’événement pour promouvoir le changement social et l’inclusion, que l’accent soit mis sur la santé, la société ou le handicap. »

L’événement doit avoir lieu au parc Lansdowne, à l’intérieur du stade de la Place TD et du pavillon Aberdeen, avec d’autres sites à l’Université Carleton et à l’Université d’Ottawa. Les dates provisoires sont du 26 août au 5 septembre 2026. La compétition comprendra 94 matchs échelonnés sur 11 jours.

« Je suis très heureux qu’Ottawa accueille les Championnats du monde de basketball en fauteuil roulant de l’I.W.B.F. en 2026, attirant les meilleurs talents du monde entier dans la capitale nationale », a déclaré le maire d’Ottawa, Jim Watson. « Cette annonce est importante alors que je suis fier de proclamer aujourd’hui la Journée internationale des personnes handicapées dans la ville d’Ottawa. Cet événement excitant sera une occasion exceptionnelle de mettre en valeur les habiletés sportives et la détermination des hommes et des femmes qui participeront aux championnats. J’attends avec intérêt de poursuivre la promotion de l’inclusion dans notre communauté grâce au sport. »

« Nous remercions l’I.W.B.F. d’avoir confié au Canada l’honneur d’accueillir les Championnats du monde », a signalé Steve Bach, président de Basketball en fauteuil roulant Canada. « Forts de notre riche histoire d’accueil de l’excellence et avec l’appui de nos partenaires financiers, sportifs, corporatifs et communautaires, y compris le gouvernement du Canada, le gouvernement de l’Ontario et la ville d’Ottawa, nous présenterons un événement sans précédent, de calibre mondial, tout en créant des legs significatifs. Beaucoup de travail nous attend au cours des années à venir et nous sommes impatients d’entreprendre ce parcours avec vous tous. »

CBC Sports et Radio-Canada présenteront des reportages aux Canadiens, en tant que partenaires officiels de diffusion en continu des Championnats du monde de basketball en fauteuil roulant 2026 d’I.W.B.F., à Ottawa.

Ottawa 2026 marquera l’histoire puisque ce sera la première fois que le Canada tiendra ensemble les Championnats du monde masculin et féminin senior. Basketball en fauteuil roulant Canada a accueilli dans le passé le Championnat du monde masculin de l’I.W.B.F. (Edmonton, 1994), le premier Championnat du monde masculin des moins de 23 ans de l’I.W.B.F. (Toronto, 1997), le premier Championnat du monde féminin des moins de 25 ans de l’I.W.B.F. (St. Catharines, 2011), le Championnat du monde féminin de l’I.W.B.F. (Toronto, 2014) et le Championnat du monde masculin des moins de 23 ans de l’I.W.B.F. (Toronto, 2017).

À propos de Basketball en fauteuil roulant Canada

Organisme national directeur de sport responsable de l’organisation du sport au Canada, Basketball en fauteuil roulant Canada est une organisation caritative sans but lucratif, engagée envers l’excellence de l’élaboration, du soutien et de la promotion de programmes et de services de basketball en fauteuil roulant pour tous les Canadiens, du niveau de la base à la haute performance. Le basketball en fauteuil roulant est un sport de compétition rapide et très dynamique pour lequel le Canada est tenu en haute estime dans le monde entier, compte tenu d’un total combiné de six médailles d’or, une médaille d’argent et une médaille de bronze aux sept derniers Jeux paralympiques.

-30-


Une rivière des Outaouais plus propre, et moins de risques d’inondation de sous-sol : le tunnel de stockage des égouts unitaires est maintenant en service

Lors d'une cérémonie qui avait lieu aujourd'hui, la Ville a célébré la mise en service officielle du tunnel de stockage des égouts unitaires, un investissement important pour la protection de la santé de la rivière des Outaouais. L'événement était présidé par l'honorable Catherine McKenna, ministre de l'Infrastructure et des Collectivités, représentant le gouvernement du Canada, l'honorable Lisa MacLeod, ministre des Industries du patrimoine, du sport, du tourisme et de la culture et députée provinciale de Nepean, au nom de l’honorable Laurie Scott, ministre de l'Infrastructure, représentant le gouvernement de l'Ontario, et le maire Jim Watson.

Il s'agit là de l'un des projets les plus importants du Plan d'action de la rivière des Outaouais, qui est la feuille de route pour protéger la rivière pour les générations futures. La construction a commencé en 2016 sur les deux tunnels interreliés qui totalisent 6,2 kilomètres. Les tunnels collectent les eaux de ruissellement et les eaux usées (appelées égouts unitaires), les stockent temporairement, les envoient pour traitement au Centre environnemental Robert-O.-Pickard et les renvoient en toute sécurité dans la rivière des Outaouais. Le projet comprend également 15 grands puits d'accès et quatre installations de contrôle des odeurs.

Maintenant en service, le tunnel de stockage des égouts unitaires réduira considérablement la fréquence des surverses d'égouts unitaires dans la rivière des Outaouais, ce qui permettra à la Ville de se conformer aux lignes directrices du ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs de l'Ontario. Il réduira le volume des surverses d'égouts unitaires dans la rivière des Outaouais jusqu'à 43 000 m3 par événement, soit environ 18 piscines de taille olympique, tout en réduisant le risque d'inondation du sous-sol d'environ 7 000 propriétés résidentielles dans l'extrémité nord du Glebe et au centre-ville. Les tunnels permettent également de détourner le débit d'un important égout sanitaire du centre-ville afin d'améliorer les inspections et l'entretien de cette infrastructure essentielle.

Le tunnel de stockage des égouts unitaires est un projet de 232,3 millions de dollars d’investissement qui s’inscrit dans le cadre du Plan d’action de la rivière des Outaouais. Le financement provient du gouvernement du Canada, du gouvernement de l’Ontario et de la Ville d’Ottawa. Le gouvernement du Canada et la province de l’Ontario ont chacun versé 62,09 millions de dollars, et la Ville d’Ottawa à apporter 108 millions de dollars.

« La mise en service du TSEU marque l'atteinte de l'un des principaux objectifs du Plan d’action de la rivière des Outaouais et renforce la position d’Ottawa comme chef de file mondial de la régulation des surverses d’égouts unitaires. Nous respectons l'engagement du Conseil de protéger nos précieuses ressources en eau et d'assurer la santé et la vitalité de la rivière des Outaouais pour les générations futures ».

Maire Jim Watson 


Allocution du maire Watson - Dépôt du Budget 2021

Bonjour tout le monde.

Aujourd’hui, nous déposons le budget préliminaire 2021 aux fins de consultation publique; il s’agit du 3e budget de la Ville d’Ottawa au cours du présent mandat du Conseil.

Cette année, l’élaboration du budget se fait dans des circonstances extraordinaires.

La COVID-19 a profondément modifié notre réalité financière et a introduit un niveau élevé d’incertitude dans le processus d’élaboration du budget.

Le processus budgétaire fait écho à bien des égards à l’incertitude économique et sociale que vivent nos résidentes et nos résidents depuis le début de cette pandémie.

Nous amorçons ce processus budgétaire en étant très sensibles à l’effet dévastateur de la pandémie sur le niveau d’emploi de bon nombre de nos concitoyennes et concitoyens.

Je crois que la Ville d’Ottawa doit s’employer à protéger notre ville et notre population contre cette incertitude et cette insécurité.

D’aucuns souhaitent que nous réduisions les investissements dans nos programmes et de nos services.

D’autres voudrons que nous réduisions la taille de nos effectifs à temps plein pendant la pandémie.

Si nous vivions à une époque de grande croissance économique et de niveaux d’emploi à la hausse, il serait peut-être logique d’envisager des réductions stratégiques et ciblées sur le plan des effectifs municipaux.

Mais prenons le temps d’y réfléchir.

Où sont les emplois auxquels pourraient postuler les gens dans ce contexte d’économie paralysée?

Il est important pour les membres du Conseil de savoir que tous nos effectifs ont subi d’énormes pressions pour maintenir les services sur lesquels compte notre population et pour répondre aux ordonnances provinciales.

La demande pour les services municipaux n’a pas diminué avec la COVID - elle est plus forte que jamais.

Ce qui comprend des permis de construire, des demandes d’aménagement, l’application des règlements municipaux, le volume croissant d’appels au 311 et la demande accrue de services sociaux

Nous constatons aussi des besoins sans précédent à satisfaire dans nos établissements de soins de longue durée, des perturbations au sein de nos services de garde, l’augmentation des services de soutien à l’emploi, l’explosion de la demande de services de paramédics, et la liste se poursuit.

Notre main-d’œuvre n’est pas immunisée elle non plus contre les effets dévastateurs de la COVID-19. Notre personnel doit faire face aux mêmes problèmes que vit tout le monde dans notre collectivité.

Des problèmes comme la gestion de leurs enfants à l’école, la maladie ou la perte d’un proche, la perte d’emploi de leur conjoint ou de membres de leur famille ou l’aide à apporter à leurs parents âgés en confinement.

Voici un exemple concret parmi d’autres du travail du personnel de la Ville pour assurer les services essentiels durant la pandémie :

La Ville d’Ottawa a délivré des permis de construire pour des projets de construction évalués à 3,9 milliards de dollars de janvier à octobre 2020 comparativement à 2,7 milliards au cours de la même période l’an passé.

Cette augmentation de 45 % par rapport à l’an passé permet de protéger les emplois du secteur de la construction et de soutenir notre économie locale en ces temps difficiles de la pandémie.

Par conséquent, nous continuerons d’avoir besoin de notre personnel municipal afin d’être en mesure d’intervenir rapidement lorsque s’amorcera la phase post-pandémique.

Je crois que la population s’attendra à ce que nous soyons prêts à ce moment-là.

Je veux profiter de cette occasion pour remercier les premiers ministres Doug Ford et Justin Trudeau d’avoir reconnu que nous avions besoin d’aide pour soutenir la solidarité sociale en ces temps difficiles.

Aussi, pour avoir reconnu que nous en sortirons plus forts socialement et économiquement si nous continuons d’investir dans notre monde, dans nos résidentes et résidents, dans nos petites entreprises et dans nos services et programmes municipaux les plus importants.

Ce n’est pas le moment de couper dans des investissements clés qui, au cours des prochaines années, seront le moteur de notre prospérité et de notre générosité en tant que société.

Les investissements dans nos gens, nos routes, nos installations, nos programmes, nos services et nos transferts aux organismes qui servent les personnes les plus vulnérables sont des investissements qui soutiennent et renforcent notre solidarité sociale autant que le niveau d’emploi à l’échelle locale.

C’est pourquoi je suis fier du travail que j’ai dirigé avec le directeur municipal et les membres du Conseil pour déposer un budget qui est à la fois prudent et équilibré.

Je suis également fier de présenter un budget qui respecte le plafond fiscal de 3 pour cent que j’ai proposé en 2018 et qui, depuis, a été appuyé par le Conseil dans les trois budgets subséquents.

Le débat sur le budget est la discussion la plus importante que nous avons chaque année.

Je veux également profiter de cette occasion au début de mon allocution pour remercier tout le personnel municipal qui assure le fonctionnement de nos services de base en cette période difficile de pandémie.

Merci de vous assurer que notre recyclage est ramassé régulièrement, que notre eau potable demeure propre et salubre et que nos parcs et nos routes sont entretenus.

Merci au personnel d’OC Transpo de transporter nos résidentes et nos résidents au travail en autobus et en train en toute sécurité.

Merci de faire preuve de vigilance et de compassion dans les services que vous offrez à notre population la plus vulnérable et de répondre à leurs besoins de base en matière de santé et d’hébergement ainsi qu’à leurs autres besoins.

Et bien sûr, un merci spécial à nos premiers répondants et répondantes pour leur travail incroyable tout au long de cette pandémie.

Au nom de tous les membres du Conseil municipal, je vous remercie du professionnalisme et de la diligence dont vous faites preuve à l’endroit de la population d’Ottawa.

 

Maintenant, voici un aperçu des pierres angulaires du budget 2021.

Dans mon allocution aujourd’hui, je commencerai par décrire où nous en sommes sur le plan budgétaire à la clôture de l’exercice financier de 2020.

Puis, je décrirai le plan du Conseil pour consolider nos investissements dans le logement destiné à nos résidentes et résidents les plus vulnérables.

Et je décrirai comment nous continuerons de soutenir notre collectivité et d’assurer sa sécurité ainsi que la sécurité des personnes les plus vulnérables durant et après la pandémie.

Je donnerai aussi un aperçu de la façon dont le budget 2021 donne suite à la directive du Conseil de poursuivre les investissements dans notre infrastructure.

Laquelle infrastructure est la pierre d’assise de la réussite actuelle et future de notre collectivité.

Je donnerai par la suite un aperçu de la façon dont nous appuyons nos petites entreprises.

Et j’insisterai sur le besoin d’un effort concerté sur ce front dans l’ensemble de la ville à l’approche de la nouvelle année.

J’aborderai aussi ce que nous nous proposons de faire afin de rendre le transport en commun abordable à la fois pour la population d’Ottawa et pour les contribuables en 2021.

Manifestement, nous devons concilier l’abordabilité du service pour les usagers du transport en commun et l’abordabilité du réseau de transport en commun que le Conseil municipal a décidé de bâtir à long terme.

Je veux également décrire les efforts accrus consentis par la Ville à la protection de l’environnement et au renforcement de la résilience climatique.

Nous y parviendrons en appuyant des projets qui s’autofinancent grâce à des gains en efficience au fil du temps.

 

Je commencerai en décrivant où nous en sommes au début de cet exercice budgétaire de 2021.

Le budget préliminaire 2021 de la ville d’Ottawa prévoit un budget total de fonctionnement de 3,9 milliards de dollars et des investissements totaux en immobilisations de 781 millions de dollars.

Dans notre analyse des faits saillants et des détails du budget, il est important d’être transparent au sujet des hypothèses et des risques que nous atténuons.

Comme je l’ai mentionné précédemment, les gouvernements du Canada et de l’Ontario ont renforcé leur appui financier aux municipalités en 2020. Sans cette aide, nous ferions face à un exercice budgétaire très différent.

Nous avons appris récemment qu’Ottawa a reçu la deuxième tranche du financement relié à la COVID-19.

Ce qui comprend 74,9 millions de dollars pour le transport en commun et 49,3 millions alloués à la relance.

Il s’agit d’une très importante avance de fonds de 124,2 millions de dollars sur les 181 millions qui serviront à atténuer les pressions financières liées à la COVID.

À ce jour, cette somme représente 68 pour cent de l’ensemble de nos besoins de financement reliés à la COVID.

J’ai reçu l’assurance dans mes échanges avec le premier ministre de l’Ontario et la ministre des Transports Carolyn Mulroney que nous allions recevoir les fonds nécessaires pour couvrir le déficit restant de 2020 relié à la COVID.

J’ai aussi discuté avec le premier ministre Ford d’un remboursement des services essentiels fournis par Santé publique Ottawa dans la lutte contre la COVID. Une lutte qui a entraîné en 2020 des pressions financières de douze millions de dollars.

Il m’a assuré que le gouvernement provincial est ouvert à soutenir les bureaux de santé publique dans toute la province.

Le personnel prépare présentement la deuxième tranche de notre demande au gouvernement provincial.

Nos projections de déficit ont été révisées pour tenir compte d’une baisse des coûts et de nos mesures de contrôle des dépenses.

Dans la présentation du budget 2021, le personnel décrira les répercussions attendues de la COVID sur nos activités municipales.

À un niveau élevé, le personnel prévoit un déficit relié à la COVID de 153,5 millions de dollars si la pandémie devait durer encore douze mois.

Santé publique Ottawa s’attend également à ce que la COVID-19 continue d’avoir une incidence considérable sur son budget.

 

Nous nous attendons que le gouvernement de l’Ontario continue de soutenir la Ville dans ses efforts pour appuyer le travail essentiel de Santé publique Ottawa.

Santé publique Ottawa évalue que son manque à gagner budgétaire en 2021, si la pandémie de COVID perdure toute l’année, pourrait s’élever à plus de 22,5 millions de dollars.

Cette année, l’exercice des prévisions budgétaires s’est avéré très difficile étant donné les nombreux facteurs inconnus.

Je tiens à remercier le directeur municipal et la cheffe des finances pour leur travail sans relâche auprès de l’équipe de la haute direction.

Merci aussi à nos équipes municipales, y compris nos organismes partenaires, pour leur travail sur le budget préliminaire 2021.

Le gouvernement de l’Ontario dépose son budget 2021 demain et notre personnel l’analysera et nous rendra compte de son impact sur la Ville et sur nos finances municipales.

Je tiens à rappeler aux membres du Conseil et à ceux et celles qui nous regardent aujourd’hui que la cote de crédit d’Ottawa demeure à AAA grâce à notre solide gestion financière.

En dépit d’une situation économique extrêmement difficile.

 

Maintenant, je veux parler de la façon dont le budget 2021 consolide nos investissements dans le logement et les mesures de soutien pour nos résidentes et résidents les plus vulnérables, tout en assurant la sécurité de notre population.

L’augmentation du prix des maisons, les pertes d’emplois en raison de la COVID et les restrictions résultant de la distanciation sociale.

Ces facteurs ont tous eu pour effet d’accroître le nombre de personnes sans-abri dans Ottawa et d’augmenter considérablement le nombre de personnes à risque de le devenir.

Les personnes âgées, les travailleuses et travailleurs pauvres, les personnes nouvellement arrivées au pays et les personnes dont le revenu est fixe sont touchés de façon disproportionnée.

Je suis fier d’annoncer que le budget 2021 inclut un investissement de quinze millions de dollars pour le logement abordable.

Ce qui fait passer à 45 millions de dollars la contribution totale de la Ville en immobilisations depuis 2019.

Je suis également heureux de préciser que de cet investissement de quinze millions de dollars, cinq millions sont attribués à l’augmentation du budget de base des Services de logement abordable.

Cette somme s’ajoute à une augmentation du budget de base d’un million de dollars en 2020.

Nous pouvons nous attendre à ce que cette contribution de quinze millions s’accompagne d’une nouvelle contribution au moins équivalente de la part des gouvernements fédéral et provincial.

Ce qui devrait déboucher sur la création de quelque 250 nouveaux logements abordables et logements en milieu de soutien.

Grâce à cette augmentation du budget de base, 60 millions de dollars en nouveaux fonds seront affectés au logement abordable sur dix ans.

Nous nous attendons qu’à cette somme s’ajoutent dix millions de dollars provenant de redevances d’aménagement prévues et dix millions provenant de la vente de terrains excédentaires.

J’aimerais remercier la conseillère Sudds qui dirige l’équipe chargée d’actualiser le Plan de logement et de lutte contre l’itinérance.

De toute évidence, la Ville d’Ottawa ne peut mener seule la lutte contre l’itinérance.

Le 10 septembre 2020, Logement communautaire d’Ottawa recevait du gouvernement fédéral le plus gros investissement en logement abordable de son histoire.

Grâce à un prêt hypothécaire de 168 millions de dollars consenti par la Société canadienne d’hypothèques et de logements.

Logement communautaire d’Ottawa construira le Village Gladstone qui comptera environ 700 nouveaux logements

Plus de 200 logements locatifs à loyer abordable assortis de services communautaires et de services de soutien seront ainsi créés.

La Ville travaille actuellement à une proposition pour le 1010, rue Somerset-Ouest afin d’aménager un espace vert et d’offrir des services communautaires dans le Village Gladstone.

Nous espérons faire une annonce à ce sujet au début de la nouvelle année.

Le ministre Hussein nous a annoncé récemment qu’Ottawa a obtenu 32 millions de dollars en vertu de l’Initiative pour la création rapide de logements.

Ces fonds seront affectés à des solutions de logement rapides afin de répondre aux besoins des personnes les plus démunies de notre collectivité.

Ces nouveaux fonds ajoutés, l’engagement total de la Ville pour la construction de nouveaux logements abordables s’élève à 47 millions de dollars en 2021.

Nous allons également verser 33 millions de dollars aux organismes de logement et de lutte contre l’itinérance en 2021.

Ce montant sera utilisé pour soutenir la gestion des dossiers, la prévention de la perte de logements et le fonctionnement des logements en milieu de soutien.

Si on additionne les dépenses de fonctionnement de 112 millions de dollars en appui au logement et les 47 millions en nouvelles dépenses d’immobilisations, la Ville investira un montant historique en 2021 pour le logement.

 

Il s’agit d’un investissement total de 159 millions de dollars pour construire et soutenir le logement social et d’autres initiatives pour contrer l’itinérance.

Je suis impatient de travailler en étroite collaboration avec tous les membres du Conseil pour fournir plus de logements à nos concitoyennes et concitoyens les plus vulnérables.

L’augmentation du coût de la vie s’élevant à 485 000 dollars, le Programme de financement communautaire bénéficiera d’un investissement total de plus de 25 millions de dollars.

Cette somme servira à soutenir les organismes de services sociaux communautaires et à but non lucratif qui fournissent de précieux services aux populations les plus nécessiteuses dans notre ville.

Le budget 2021 prévoit également 500 000 dollars en subventions aux organismes pendant la période de transition vers le nouveau cadre stratégique de financement communautaire.

Cette revue du financement communautaire mènera à des recommandations plus tard en 2021, et j’ai hâte d’en voir les résultats.

De plus, la Ville accorde du financement d’urgence aux organismes communautaires pour des dépenses et des programmes d’urgence reliés à la COVID.

Il s’agit d’une enveloppe totale d’un peu moins de 500 000 dollars pour contrer la COVID.

Le secteur des services de garde et de la petite enfance d’Ottawa a été gravement touché par les taux élevés de COVID-19 dans notre collectivité.

La Ville d’Ottawa est reconnaissante envers ses partenaires provinciaux et fédéraux pour les sommes versées à ce jour afin de nous soutenir dans notre lutte contre la COVID-19.

Les répercussions de la COVID-19 continuant à évoluer, nous aurons besoin d’aide additionnelle.

Une aide qui assurera la viabilité et la survie du secteur des services de garde et de la petite enfance et appuiera la reprise économique d’Ottawa et de l’Ontario.

Il est difficile de parler de la COVID-19 sans penser aux effets dévastateurs qu’a eus la pandémie sur les personnes âgées.

Et en particulier sur les personnes âgées qui vivent dans les foyers de soins de longue durée.

Je veux remercier Dean Lett, directeur des Soins de longue durée, et son incroyable équipe.

Leur engagement et leur dévouement envers les résidentes et les résidents de nos établissements municipaux de soins de longue durée sont sans bornes.

Depuis le début de la pandémie, notre équipe des Soins de longue durée a mis en place des protocoles sanitaires visant à prévenir la propagation du virus dans les foyers.

Les effectifs ont été augmentés et les mesures de prévention et de contrôle des infections ont été mises en œuvre.

Je veux dire un merci tout spécial à tout le personnel dévoué de nos foyers de soins de longue durée.

Sans votre dévouement et votre persévérance, il n’y a pas de doute que la situation à Ottawa aurait été bien pire.

Pour soutenir votre travail, le budget 2021 prévoit les investissements suivants :

Plus de neuf millions de dollars seront investis pour l’embauche de personnel, l’achat d’équipements de protection individuels et le contrôle des infections afin d’éviter la propagation de la COVID-19.

La Ville fournit également 7,5 millions de dollars à la rénovation, l’achat d’équipement et l’amélioration de l’accessibilité dans ses quatre foyers de soins de longue durée.

Cet investissement permettra d’assurer la sécurité, les soins et le confort des résidents et des résidentes.

Le budget 2021 donne également suite à l’engagement du Conseil d’investir dans la sécurité de notre population.

Nous faisons d’autres investissements importants pour garder notre communauté en sécurité.

La Ville a besoin de plus de paramédics pour suivre le rythme de croissance rapide de la ville et faire en sorte que nos délais d’intervention respectent les normes établies.

Au début du présent mandat du Conseil, j’ai promis de travailler avec les membres du Conseil à l’embauche de 54 paramédics additionnels au cours des quatre prochaines années.

Dans le budget 2021, nous avons les fonds pour embaucher quatorze nouveaux paramédics de première ligne - la troisième tranche de notre objectif sur quatre ans.

En partenariat avec l’hôpital d’Ottawa, nos paramédics communautaires ont également été déployés dans les « zones rouges » des foyers de soins de longue durée de la ville qui sont aux prises avec des éclosions.

Le budget 2021 inclut aussi une somme de 7,5 millions de dollars pour la construction d’une nouvelle caserne de pompiers dans Kanata-Nord et deux millions pour la construction d’un poste de déploiement des paramédics dans le secteur ouest.

Plus tôt aujourd’hui, le Service de police d’Ottawa a déposé son budget préliminaire, qui correspond à 3 % sur le plan de l’assiette fiscale, auquel s’ajoute 1,5 % en nouvelles hausses de taxes.

Le Service de police d’Ottawa est un partenaire vital qui travaille aux côtés de Santé publique Ottawa, de la Direction générale des services sociaux et communautaires et d’autres organismes externes.

En collaborant ainsi, nous pouvons contrer plus efficacement les problèmes de santé mentale et de pauvreté et de soutien à la collectivité.

Je suis d’accord que la sécurité communautaire est une responsabilité partagée.

En tant que société, nous devons adopter une approche holistique pour combattre la criminalité et nous attaquer aux problèmes sociaux.

C’est pour cette raison que la Ville travaille en collaboration avec le Service de police d’Ottawa afin de recentrer ses actions sur l’expansion d’initiatives communautaires en matière de santé et de sécurité.

La Ville et le SPO peaufinent activement le plan municipal de sécurité et de bien-être dans les collectivités.

Ce plan a pour objet de s’attaquer aux causes plus profondes de la criminalité, de mettre l’accent sur la prévention, d’établir des partenariats et d’adopter une approche à plusieurs volets en matière de sécurité.

Le Plan de sécurité et de bien-être dans les collectivités harmonise entre elles des initiatives en cours dans le but d’atteindre des objectifs et des résultats tangibles. Le plan comprend les volets suivants :

  • Le plan décennal de logement et de lutte contre l’itinérance;
  • La stratégie en matière de garde d’enfants et de petite enfance;
  • Le cadre stratégique de financement communautaire;
  • La stratégie en matière de santé mentale;
  • La condition féminine et l’équité des genres;
  • L’origine ethnique et les anciens combattants;
  • La modernisation de l’aide sociale;
  • La réduction de la pauvreté;
  • La sécurité alimentaire;
  • La stratégie entourant les quartiers prioritaires.

Le budget préliminaire 2021 prévoit toujours l’ajout approuvé des 85 policiers et policières dans le cadre du présent mandat.

Le Service de police d’Ottawa s’attend à ce que trente policiers et policières s’ajoutent à son effectif en 2021.

Je voudrais remercier le chef Sloly et Jeff Letourneau pour leur gestion budgétaire.

Je suis très impressionné, comme le sont de nombreux membres du Conseil, par leur volonté de trouver de nouvelles façons de réaliser des gains en efficience, de simplifier les opérations reliées aux besoins communautaires et de dégager des économies sur le plan opérationnel.

 

Le budget 2021 porte aussi sur nos investissements dans nos infrastructures pour une prospérité future.

Le financement de l’entretien et du renouvellement d’actifs comme les routes, les trottoirs et les installations municipales augmentera de 25 millions de dollars cette année, ce qui nous amène à un investissement de 171 millions de dollars en 2021.

Le déficit d’infrastructure actuel sera totalement absorbé dans sept ans.

 

Plutôt que dans les dix ans prévus initialement, et ce, sans accroître la dette.

À ce rythme d’investissement, nous pourrions éliminer le déficit d’infrastructure de la Ville en sept ans plutôt que 10.

En tant que membres du Conseil, la population nous rappelle sans cesse vouloir que nous investissions dans les routes et l’infrastructure de la ville.

L’état de nos routes et de notre infrastructure est une priorité dans toutes nos communautés.

C’est pour cette raison qu’en 2021, le budget affecté au resurfaçage des routes augmentera à 45 millions de dollars, en hausse par rapport à la moyenne annuelle au cours du mandat précédent du Conseil qui était de 35,5 millions de dollars.

Cet investissement dans le resurfaçage des routes comprend :

Le chemin Hunt Club en direction ouest à partir de la promenade Paul-Anka jusqu’à la promenade de l’Aéroport dans le quartier Rivière;

  • L’avenue Kilborn dans Alta Vista;
  • Le chemin Blanchfield dans Osgoode;
  • Le chemin Fallowfield, à partir du Transitway Sud-Ouest jusqu’à l’avenue Woodroffe dans Barrhaven;
  • La rue Saint-Georges dans Orléans;
  • Le chemin Merivale, à partir du chemin Slack jusqu’à la promenade Viewmount, et le chemin West Hunt Club, à partir du chemin Merivale jusqu’à la promenade Antares dans Knoxdale-Merivale.

Nos investissements dans l’infrastructure rurale atteindront 40 millions de dollars en 2021, en hausse par rapport à une moyenne de 39,7 millions sur quatre ans.

Certains de nos investissements ruraux incluent :

  • 4,1 millions de dollars pour le réasphaltage de la rue Bank, entre les chemins Marionville et Mitch-Owens;
  • 2,7 millions de dollars pour le réasphaltage du chemin River, entre les chemins Flag Station et Mitch-Owens;
  • 5 millions de dollars pour la construction de vingt-sept ponceaux de drainage dans Osgoode;
  • 2,3 millions de dollars pour la construction de quarante-trois ponceaux de drainage;
  • 2 millions de dollars pour moderniser la station de pompage des eaux usées de Carp;
  • 1,6 million de dollars pour le réasphaltage de la promenade Thomas-A.-Dolan, entre les chemins Dunrobin et Sixth Line dans West Carleton-March.

 

Le budget 2021 prévoit aussi investir plus de 57 millions de dollars pour des projets de développement du réseau routier, lesquels sont presque totalement financés à même des redevances d’aménagement. Voici des exemples :

  • 9,7 millions de dollars pour l’élargissement de la promenade Strandherd, entre la promenade Maravista et le chemin Jockvale;
  • 7,3 millions de dollars pour l’élargissement de la promenade de l’Aéroport, entre les chemins Brookfield et Hunt Club;
  • 18,9 millions de dollars pour l’élargissement de la rue Bank, entre le chemin Leitrim et la promenade Dun-Skipper.

Le budget 2021 permettra à la Ville de réasphalter, renouveler ou remettre en état environ 116 km de routes sur son territoire.

Nous savons qu’Ottawa possède un des réseaux de transport municipaux les plus étendus au Canada.

Les équipes municipales dégagent régulièrement 6 000 km de route et 2 300 km de trottoir dans la ville.

Je suis heureux de préciser que notre budget d’entretien hivernal correspond maintenant à la plus récente moyenne de dépenses sur trois ans pour la période de 2016 à 2018, soit un peu plus de 81 millions de dollars.

Cette année plus que jamais, nous devrons encourager les gens à sortir et à profiter de l’hiver.

C’est pour cette raison que je me réjouis que la Ville verse une fois de plus quelque 35 000 dollars à la Winter Trails Alliance qui en fera la distribution à ses membres.

Nous nous attendons à ce que son partenariat avec la CCN dégage 25 000 dollars de plus pour l’entretien des sentiers de ski et de raquettes.

Le budget 2021 inclut également deux millions de dollars pour des mesures de modération de la circulation.

Chaque membre du Conseil reçoit 50 000 dollars pour des initiatives de sécurité routière dans son quartier.

Une somme de 512 000 dollars est également mise de côté pour des passages pour piétons, une mesure qui nous aidera à améliorer la sécurité des piétons à des passages clés dans la ville.

Le budget 2021 inclut également douze millions de dollars pour l’amélioration des intersections.

Le Programme de mesures de contrôle des intersections permet d’installer de nouveaux feux de signalisation et de régler des problèmes sécurité dans des secteurs en croissance.

Les recettes générées par les radars photographiques de contrôle automatisé de la vitesse s’élèvent à six millions de dollars.

Et on s’attend à ce que dix appareils-photo additionnels installés aux feux rouges génèrent 1,8 million de dollars de plus.

De cette somme, 1,2 million de dollars seront portés au budget du Service de police d’Ottawa en 2021.

Le reste sera affecté à des initiatives de sécurité routière déjà approuvées dans le cadre du Plan d’action en matière de sécurité routière

Comme vous le savez, les radars photographiques ont été mis en place dans le cadre du projet pilote lancé à la mi-juillet.

En tout, le projet pilote compte huit sites, tous situés près d’écoles, et quatre radars photographiques ont été installés pour faire respecter les limites de vitesse.

À la fin de septembre, plus de 37 000 contraventions avaient été distribuées, ce qui pourrait générer dans les coffres de la Ville des recettes dépassant 3,1 millions de dollars.

À ma demande et celle du directeur municipal, la Direction générale des transports achètera quatre autres radars photographiques.

Ils seront installés dans les quatre autres sites au cours des prochains mois.

Les recettes que généreront ces quatre nouveaux radars seront réinvesties dans des mesures de sécurité routière, y compris l’amélioration d’intersections prioritaires.

Le budget 2021 inclut également :

  • Un investissement de 4 millions de dollars dans le Plan d’action en matière de sécurité routière;
  • 2,4 millions de dollars pour le Programme de nouveaux dispositifs de signalisation;
  • 806 000 dollars pour le Programme de mesures temporaires de modération de la circulation;
  • 512 000 dollars pour le Programme de passages pour piétons;
  • Plus d’un million de dollars pour le Programme d’amélioration de la sécurité;
  • 389 000 dollars pour le Programme d’amélioration de la sécurité des piétons;
  • 107 000 dollars pour le Programme d’amélioration de la sécurité à vélo.

Une fois de plus cette année, le budget 2021 inclut du financement pour les modes de transport actifs; 12,5 millions de dollars seront alloués au Plan sur le cyclisme et au Plan de la circulation piétonnière.

Ce qui inclut :

  • 5 millions de dollars pour les installations cyclables;
  • Un peu moins de 3 millions de dollars pour les installations piétonnières;
  • 2,5 millions de dollars pour les principales structures piétonnières et cyclables;
  • 1,2 million de dollars pour relier les sentiers.

La Ville investit également dans les parcs, les loisirs et les installations communautaires, notamment :

  • L’agrandissement de l’aréna Blackburn dans le quartier Innes;
  • L’aménagement du parc Laroche dans Kitchissippi;
  • L’agrandissement de l’édifice communautaire Corkery dans West Carleton-March;
  • Le réaménagement et l’agrandissement du parc Cobble-Hill dans Barrhaven;
  • L’aménagement du parc Riverchase dans Kanata-Nord;
  • Le réaménagement du parc Riverain dans Rideau-Vanier, pour ne nommer que ceux-là.

Une fois de plus en 2021, nous verserons 2,4 millions de dollars au Fonds d’investissement dans l’infrastructure de loisirs des quartiers.

Chaque membre du Conseil reçoit en vertu de ce fonds 100 000 dollars au total à être investis d’ici la fin du présent mandat du Conseil.

Le budget 2021 inclut également 6 millions de dollars d’investissements dans les parcs pour soutenir des projets comme :

  • le nouveau kiosque de jardin du parc McNabb;
  • le nouvel éclairage du terrain de sports du centre récréatif de Kars;
  • le réasphaltage des terrains de tennis du parc Carson-Grove.

Le budget 2021 inclut également 100 000 dollars pour le parachèvement d’une conception préliminaire.

Et pour la tenue des consultations communautaires sur l’agrandissement du centre communautaire de Beacon Hill-Nord.

Le budget 2021 investit aussi 500 000 dollars pour poursuivre la planification de la nouvelle succursale de la bibliothèque dans le secteur est de la ville qui sera située dans le quartier Cumberland.

Le dynamisme de notre ville repose également sur les investissements clés que font les petites entreprises dans nos collectivités.

Comme nous le constatons tous et toutes dans nos quartiers respectifs, les petites entreprises investissent substantiellement.

Elles revitalisent nos rues principales et en font les lieux de rassemblements dynamiques que nous connaissons.

Mais nous savons que cette pandémie a frappé durement les commerces des rues principales et qu’ils ont besoin de notre aide.

En travaillant avec le Groupe de travail des partenaires économiques d’Ottawa, la Ville a mis en place plusieurs mesures pour aider les petites entreprises à traverser cette pandémie.

Et ce travail se poursuit.

 

Soutenir nos entreprises locales sera encore plus important dans les prochains mois.

À la réunion du Conseil du 28 octobre dernier, nous avons approuvé une dispense des droits de permis de construction pour l’aménagement de terrasses sous chapiteau.

Cette mesure vise à permettre aux restaurants d’accueillir des clients autrement pendant que l’accès aux salles à manger à l’intérieur est interdit.

Conformément à la directive du Conseil adoptée l’été passé, nous proposons que les droits mensuels d’exploitation d’une terrasse demeurent à zéro en 2021.

Cette décision prend en compte l’effet dévastateur de la COVID-19 sur les restaurants et les boutiques.

Les recettes provenant de la vente des permis de terrasse auxquelles renonce la Ville ont été calculées dans les pressions financières reliées à la COVID-19.

Après la présentation du Programme de terrasses hivernales au Comité des transports lundi, notre équipe chargée des terrasses lancera sous peu un programme de subvention de 150 000 dollars.

Ce programme aidera les ZAC et les associations commerciales à déployer des projets d’embellissement ou de petits projets d’immobilisations pour attirer des clients dans leurs secteurs commerciaux.

En cette fin d’automne et à l’approche de l’hiver, je veux rappeler à tout le monde l’importance de magasiner localement.

S’il vous plaît, appuyez nos petits commerçants en cette période difficile.

Nous devrions tout mettre en œuvre pour magasiner dans des commerces locaux et des entreprises familiales qui ont besoin de notre appui plus que jamais.

Au cours des prochaines semaines et des prochains mois, nous devrons tracer la voie qui ramènera la prospérité à Ottawa.

La voie qui créera, dans nos efforts pour retrouver les emplois perdus durant la pandémie, un environnement qui ne laisse personne pour compte.

Dans les premières semaines de 2021, je demanderai à tous les membres du Conseil et aux partenaires de la Ville de participer à cet effort concerté pour rebâtir l’économie de notre ville.

Il faudra adopter de nouvelles façons de penser et collaborer comme jamais auparavant avec nos partenaires du développement économique et les autres ordres de gouvernement.

Nous devrons adopter une approche où tout le monde s’implique pour rebâtir l’économie locale.

Il devient de plus en plus clair qu’il faut travailler de concert avec nos partenaires fédéraux et provinciaux non seulement à la lutte contre la pandémie.

Au cours des prochaines années, nous devons travailler ensemble à un plan très nécessaire de reprise et de relance économiques pour faire rouler à pleins gaz notre économie locale.

Il n’est pas question de slogans tape-à-l’œil ni de statistiques attrayantes.

Il s'agit de soutenir nos entreprises locales et de s’assurer qu’il y aura des perspectives économiques pour tous les travailleurs et toutes les travailleuses lorsque nous serons sortis de cette pandémie.

 

La protection de l’environnement et le renforcement de la résilience climatique sont une pierre d’assise de notre budget 2021.

Tout le monde sait que pour bâtir des collectivités plus sûres et résilientes, il faut une approche équilibrée sur le plan des dépenses.

C’est aussi une question de planification pour l’avenir.

Voilà pourquoi la Ville a adopté récemment une stratégie environnementale qui vise une réduction de 80 pour cent de nos émissions de GES d’ici 2050.

À même les dividendes que lui verse Hydro Ottawa, 11 millions de dollars seront versés en 2021 pour soutenir Évolution énergétique.

Dans la perspective d’obtenir des fonds des gouvernements fédéral et provincial, l’accent sera placé sur des projets d’efficacité énergétique, de conservation et de production d’énergie renouvelable.

Le but est d’investir dans des projets dont l’investissement initial sera remboursé au fil du temps grâce aux gains annuels d’efficacité énergétique.

Le partenariat très fructueux entre la Ville et Hydro Ottawa pour le remplacement de l’éclairage de rue par un système d’éclairage DEL écoénergétique est un exemple éloquent à cet effet.

Le budget 2021 inclut un investissement additionnel de trois millions de dollars dans la Stratégie d’investissement et de gestion énergétique, ce qui amène l’investissement total à douze millions de dollars au cours du présent mandat du Conseil.

Nous travaillons aussi à accroître les capacités de la Ville en matière de résilience climatique.

Ce qui comprend  2,5 millions de dollars pour mettre en œuvre le Plan d’action de la rivière des Outaouais et le Plan de gestion des infrastructures en période de précipitation.

Le budget 2021 inclut également 300 000 dollars pour le Programme de gestion du panais sauvage.

Le budget prévoit aussi 1,5 million de dollars pour planter 125 000 arbres et 1,2 million de dollars pour des projets de gestion des déchets solides, notamment l’élargissement du projet pilote de recyclage dans les parcs.

 

Je veux maintenant aborder notre stratégie pour garder le transport en commun abordable tout en investissant dans le réseau de transport en commun que nous voulons.

À cause de la COVID, l’achalandage et les recettes ont diminué considérablement, et ce, non seulement à Ottawa, mais partout au pays et dans le monde.

Par conséquent, en 2020, nous avons un manque à gagner au chapitre du transport en commun de 123,7 millions de dollars.

Ce déficit a été atténué par une subvention gouvernementale de 1,5 million de dollars afin de nous aider à payer les coûts pour le nettoyage amélioré des autobus et des trains.

Ainsi que par les 74,9 millions de dollars qui nous ont été versés dans le cadre de la première phase du programme d’Aide financière pour la relance sécuritaire.

La Ville a fait une demande de financement dans le cadre de la deuxième phase de ce programme pour le reste de 2020.

Nous prévoyons que le montant qui nous sera accordé couvrira le premier trimestre jusqu’au 31 mars 2021.

Compte tenu de la directive du Conseil adoptée plutôt cette année de geler les tarifs jusqu’à ce que le service de TLR soit amélioré, les tarifs n’augmenteront pas en 2020.

Ce gel des tarifs entraîne une contrainte budgétaire de l’ordre de 5,1 millions de dollars en 2021.

Pour pallier cette contrainte budgétaire à même les recettes provenant du transport en commun, il aurait fallu augmenter les tarifs de plus de cinq pour cent en 2021.

Ce qui aurait pénalisé de façon disproportionnée les travailleuses et travailleurs de première ligne qui dépendent le plus du transport en commun pour se rendre au travail et à des rendez-vous durant cette pandémie.

Nous avons pensé que cette approche serait inéquitable en ces temps difficiles pour trop de personnes vulnérables.

C’est aussi pourquoi pour une troisième année consécutive, l’EquiPass et le laissez-passer communautaire demeurent au même prix qu’en 2018.

Il s’agit d’un investissement additionnel de 185 000 dollars dans le transport en commun abordable.

Les tarifs habituels augmenteront de 2,5 % à compter du 1er janvier, car nous devons respecter notre Plan financier à long terme pour le transport en commun.

Ce plan est la feuille de route de nos investissements à long terme dans le transport en commun durable que la Ville a les moyens de se payer.

Je veux également rappeler à mes collègues du Conseil et à notre population notre investissement le plus substantiel dans le transport en commun.

Les 4,6 milliards de dollars que nous investissons dans l’Étape 2 du TLR.

En 2021, nous dépenserons un peu plus d’un milliard de dollars pour la construction de l’Étape 2 du TLR.

Ce qui prolongera le TLR vers le sud jusqu’au chemin Limebank et la promenade de l’Aéroport, vers l’est jusqu’au chemin Trim et vers l’ouest jusqu’à la promenade Moodie et le Collège Algonquin.

Nous investirons aussi dans d’autres importants projets de transport en commun.

Par exemple, le budget 2021 inclut :

  • 13 millions de dollars pour l’amélioration des stations Blair et Tunney’s Pasture;
  • 6 millions de dollars pour l’installation d’écrans protecteurs à bord des autobus afin de renforcer la sécurité de nos chauffeurs;
  • 3 millions de dollars pour modifier les routes, la signalisation et d’autres mesures de contrôle de la circulation afin d’améliorer la fiabilité des autobus;
  • 1 million de dollars pour l’installation de nouveaux quais d’autobus et d’abribus et pour améliorer les arrêts d’autobus;
  • 500 000 dollars pour améliorer les mesures d’accessibilité dans tout le réseau de transport en commun.

 

Avant de conclure mon allocution, j’aimerais dire quelques mots au sujet de Santé publique Ottawa.

Ce qui comprend le travail effectué par la Ville d’Ottawa pour protéger notre population contre la pandémie.

Ce travail est porté par des milliers d’employées et d’employés municipaux et par des centaines d’unités de travail dans toute la ville.

En raison de l’éventail de services municipaux touchés par la COVID-19.

Il est difficile de décrire le travail incroyable réalisé par SPO en 2020 pour assurer notre protection et nous informer.

La collaboration étroite avec notre directeur municipal, l’équipe de la haute direction et nos organismes partenaires a été pour le moins impressionnante.

Au nom du Conseil de la ville d’Ottawa, je veux une fois de plus remercier docteure Vera Etches, notre médecin chef en santé publique.

Merci également à son équipe pour leur travail remarquable et leur dévouement indéfectible à assurer notre sécurité collective en ces temps difficiles.

Je veux également remercier notre directeur municipal Steve Kanellakos qui a dirigé avec brio le personnel de la Ville durant cette période exceptionnellement difficile.

Cette pandémie a obligé un grand nombre d’entre nous à prendre des décisions personnelles très difficiles.

La décision d’envoyer ou non nos enfants à l’école.

Des choix déchirants entourant les conditions de vie de nos parents vieillissants.

Beaucoup de propriétaires de petites entreprises ont également été forcés de prendre la décision déchirante de remercier des employés.

D’autres ont dû malheureusement prendre la difficile décision de fermer leurs portes.

La pandémie nous a incités à tendre la main de façon différente aux autres personnes vulnérables dans notre vie.

Elle a changé notre manière de travailler, nos comportements, notre façon de socialiser et d’interagir.

Je suis persuadé que docteure Etches et son équipe, en étroite collaboration avec l’équipe de la Ville, nous ont fourni les meilleurs conseils possibles fondés sur des données probantes.

Je sais qu’ils sont très conscients des conséquences énormes de leurs recommandations sur la vie de tous les résidents et résidentes de notre ville.

J’aimerais remercier le conseiller Keith Egli qui préside notre Conseil de santé.

Il s’est montré un puissant défenseur de Santé publique Ottawa pendant cette période difficile.

J’ai l’impression qu’il doit penser que son mandat est un peu plus vaste qu’il ne l’avait imaginé au départ en acceptant de présider le conseil.(JOKE)

Une fois de plus, je veux profiter de cette occasion pour réitérer le solide appui du Conseil pour la situation budgétaire de SPO.

La situation a été clairement exposée à la réunion de son conseil le lundi 2 novembre.

Personne ne sera surpris aujourd’hui d’apprendre que cette année est une année inhabituelle sur le plan budgétaire pour Santé publique Ottawa.

 

Examinons la situation sous trois angles :

Premièrement, SPO attend la confirmation comme quoi les dépenses excédentaires prévues de douze millions de dollars en 2020 seront complètement couvertes par le gouvernement provincial.

Nous espérons que le libellé du budget provincial déposé demain confirmera à nouveau que cette aide est à venir.

J’ai abordé directement cette question avec le premier ministre Ford la semaine dernière et il m’a assuré que le gouvernement appuie la santé publique ici à Ottawa et partout en Ontario.

Deuxièmement, SPO s’attend à assumer des coûts élevés reliés à la COVID-19 en 2021.

Le conseil de SPO a été informé lundi soir de l’impact possible sur son budget de 2021, un impact évalué pour le moment à 22,5 millions de dollars.

 

Comme discuté à la réunion du Conseil du 14 octobre, j’ai l’intention de travailler de près avec Keith Egli en tant que président du Conseil de santé.

Ensemble, nous nous assurerons que le gouvernement provincial respecte son engagement de rembourser en totalité la Ville pour toutes les dépenses reliées à la COVID engagées en 2020 et que nous engagerons en 2021.

Jusqu’à ce que cela survienne, la Ville continuera de couvrir les dépenses que doit faire SPO afin de lutter contre la pandémie de COVID-19.

Troisièmement, le Conseil de santé a aussi été informé lundi soir que SPO a dû donner préséance à la COVID sur ses autres services de base en 2020.

 

Je suis convaincu que tous les membres du Conseil sont d’accord avec la décision du Conseil de santé d’accélérer la cadence pour renforcer la prestation des services de base de SPO afin de prévenir des répercussions négatives sur la santé de la population.

En même temps, il est important pour les membres du Conseil de savoir que le budget 2021 accorde à SPO un rajustement de base additionnel de 240 000 dollars.

Ainsi, SPO pourra amorcer l’exercice financier de 2021 sans avoir à réduire ses postes équivalents à temps plein.

Je crois que nous pouvons tous convenir que ce n’est pas le moment de réduire le personnel de SPO.

Je veux également que les membres du Conseil sachent que le président Egli et moi-même interpellerons avec force le gouvernement de l’Ontario sur cette question.

Nous avons besoin d’un signal clair comme quoi la province est prête à augmenter le financement de base versé à SPO dès maintenant et pour l’avenir.

 

Mot de la fin

Depuis mon élection en tant que maire, je me suis engagé envers population d’Ottawa à maintenir les taxes à un bas niveau.

À garder notre ville abordable et à investir dans nos infrastructures.

Et plus important à prendre soin de nos résidentes et de nos résidents les plus vulnérables.

En aucun moment de mon mandat comme maire cet engagement n’a été plus important et, à aucun moment, n’a-t-il exigé plus de détermination pour le respecter.

Je suis fier d’avoir respecté mes engagements envers les contribuables au cours des diz dernières années.

Je suis fier que nous ayons travaillé fort pour produire un budget prudent, abordable et équilibré.

Un budget qui gère de manière responsable les risques associés à la COVID-19.

L’augmentation de trois pour cent des taxes fait en sorte qu’un propriétaire moyen d’une résidence en milieu urbain paie 115 dollars de plus cette année en impôts fonciers.

Un propriétaire d’une résidence en milieu rural paie quant à lui 88 dollars de plus.

Nous avons tous et toutes entendu la voix de la population d’Ottawa et je crois que les gens sont prêts à une modeste hausse de taxe afin d’améliorer notre transport en commun et entretenir nos infrastructures.

Et afin de construire pour l’avenir et de fournir des services qui protègent notre population.

Je crois que le budget 2021 atteint l’équilibre qui nous permet de donner suite aux priorités approuvées par le Conseil.

Fort de l’appui du Conseil, je continuerai aussi de travailler sans relâche pour qu’Ottawa obtienne sa juste part du financement provenant des ordres de gouvernement supérieurs.

Ce qui comprend de donner suite aux priorités de construction dans la ville.

Comme le prolongement du TLR vers Kanata, Stittsville et Barrhaven.

Et aux nombreuses priorités de ce mandat du Conseil pour l’ensemble de la ville, comme le réseau routier, le logement et l’environnement.

Et aussi le financement requis pour faire face à l’actuelle pandémie.

Je crois, par ailleurs, que ce budget nous offre assez de marge de manœuvre pour réduire l’incertitude relativement à ce qui pourrait survenir dans l’année qui vient.

Je suis certain que la plupart sinon tous les membres du Conseil conviennent avec moi qu’il y a un certain degré de risque inhérent à l’exercice budgétaire de 2021.

Personne ne peut prédire avec justesse quand finira la pandémie de COVID-19.

Ni quelles seront ses répercussions sur l’économie et les finances de la Ville dans l’avenir.

Je suis convaincu que vous serez d’accord avec moi qu’il n’y a rien de plus important que de maintenir nos services de base.

La chose peut-être la plus importante maintenant est  de garder collectivement un œil sur les personnes les plus démunies dans nos collectivités.

Je tiens également à remercier la population d’Ottawa et les membres du Conseil qui ont contribué de leurs idées au budget 2021.

Au cours des dernières semaines, plusieurs consultations de quartier ont eu lieu sur le budget.

Nous avons reçu les commentaires de beaucoup de personnes sur plusieurs priorités budgétaires, qui souvent s’opposent.

Plus que dans aucune autre année, la population est réaliste quant à la capacité fiscale de la Ville.

Les gens savent que nous devons limiter la quantité de priorités auxquelles donner suite.

Et ils tiennent à ce que l’on vive selon nos moyens.

Ces consultations n’ont pas été ordinaires et je crois que la possibilité de discuter en face à face de ces enjeux critiques nous a manqué à tous et à toutes.

Merci à tous nos résidents qui ont contribué au processus budgétaire 2021.

Je veux aussi remercier les présidents, les présidentes, les vice-présidents, les vice-présidentes et les membres des comités de leur rétroaction à ce jour.

Merci pour le travail que vous abattrez pour faire cheminer vos budgets respectifs au sein de vos comités.

Merci à tous les conseillers pour leurs idées et leur participation importante à ce processus budgétaire.

J’aimerais également remercier ma propre équipe du Bureau du maire pour sa collaboration étroite sur le budget 2021 avec :

  • le directeur municipal
  • notre nouvelle cheffe des finances Wendy Stephanson
  • et tous les membres du conseil

L’année qui vient présente des défis et de nombreuses inconnues, mais je crois que c’est grâce à notre gestion financière prudente que nous avons fait de notre ville une ville résiliente.

Forts de l’appui de notre population et de l’engagement soutenu de nos partenaires fédéraux et provinciaux.

Nous sommes sur un terrain solide pour collaborer et surmonter les défis du monde profondément transformé dans lequel nous vivons.

Je cède maintenant la parole au directeur municipal. À vous, Steve.

Thank you | Merci