Soutenir les écoles pendant la COVID-19 – mise à jour

Au moment où se poursuit la réouverture des écoles dans notre région, Santé publique Ottawa (SPO) continue de collaborer avec les conseils scolaires locaux et les organisations pour mettre en oeuvre les normes et les directives provinciales. Aux côtés de ses partenaires des conseils scolaires, SPO continue de répondre aux questions et aux préoccupations des familles, du personnel scolaire et des élèves concernant la COVID-19 et s’assure de fournir les informations les plus récentes possibles.
Les résidents d’Ottawa doivent encore faire leur part pour maintenir la transmission dans la communauté à un faible niveau afin d’aider à empêcher l’entrée de la COVID-19 dans les écoles en premier lieu.
SPO continue de surveiller et d’évaluer les données épidémiologiques locales liées aux personnes qui ont reçu un diagnostic de COVID-19, les risques de transmission communautaire et l’absentéisme dans les écoles. La prise de décision se fondera sur les données les plus récentes dont on dispose.
Équipe de soutien aux écoles pour la COVID-19
SPO a mis sur pied une équipe de soutien aux écoles pour la COVID-19 qui réunit du personnel chevronné et 45 infirmières et infirmiers en santé publique. Ils recevront une formation sur les secteurs d’intervention privilégiés visant à soutenir les écoles. Les infirmières et infirmiers en santé publique travaillent avec les écoles à la fois virtuellement et régulièrement dans le milieu scolaire pour aider à répondre aux questions de la communauté scolaire. Ils fournissent aux écoles une liste de contrôle pour s’assurer que leurs plans et pratiques sont mis en oeuvre de manière à répondre à nos attentes en matière de prévention et de contrôle des infections. En tant qu’agents de liaison de SPO, nos infirmières et infirmiers seront à la disposition des directions et seront régulièrement présents dans les écoles. Ils travailleront également pour appuyer les écoles privées d’Ottawa et les quatre plus grands établissements d’enseignement postsecondaire de la ville (l’Université d’Ottawa, l’Université Carleton, le Collège Algonquin et La Cité).
Équipe d'intervention en réponse aux grappes dans les quartiers
SPO a également mis sur pied une équipe d'intervention en réponse aux grappes dans les quartiers. En collaboration avec l’équipe d’épidémiologie de SPO, elle recensera les quartiers où se trouvent des grappes de cas de COVID-19, se mobilisera rapidement et y interviendra de façon continue. L’équipe mènera des enquêtes et examinera les données pour déterminer les facteurs communs, les obstacles et les inégalités qui sont potentiellement la cause profonde de la propagation accrue de la COVID-19. Les grappes de cas dans la communauté peuvent exacerber les inégalités en matière de santé et découler de désavantages socio-économiques en raison d’une variété d’enjeux, comme l'accès aux services de soins de santé. Les grappes de cas sont plus susceptibles de se produire, et sont plus difficiles à contrôler, dans les endroits où les personnes ne sont pas en mesure de mettre en oeuvre des mesures de protection personnelle (p. ex., la distanciation physique). C'est également le cas dans les endroits où se trouvent des barrières qui bloquent l’accès aux services de soins de santé, comme la langue, la racialisation, la pauvreté, un manque de confiance envers l’autorité ou le gouvernement, ou encore où les résidents croient que les institutions se soucient peu de leurs préoccupations et de leur réalité. L’intervention face à ces grappes de cas peut demander la participation de divers partenaires communautaires. Par ailleurs et surtout, dans les situations où les grappes de cas au sein de la
communauté ont lieu dans des secteurs densément peuplés d’immigrants et de populations racialisées, l’intervention peut exiger que la communauté se mobilise de façon authentique pour participer aux stratégies d’intervention définies selon les renseignements de représentants communautaires bien informés et ayant de nombreux liens avec les résidents en question.
L’équipe d'intervention en réponse aux grappes dans les quartiers réunit des membres du personnel qui ont de l’expérience comme agents de développement communautaire et peuvent travailler avec des partenaires communautaires pour mettre au point un plan visant à réduire la propagation du virus. Cette équipe concentre ses efforts sur le travail auprès de la communauté, sur l’établissement de liens avec des partenaires et des membres de la communauté et, par conséquent, sur l’efficacité accrue des précautions et des interventions à l’égard de la COVID-19. Cette équipe travaillera également en étroite collaboration avec des partenaires ciblés, notamment les navigateurs du Centre de santé pour nouveaux arrivants, le groupe de travail sur les besoins humains et les Services sociaux et communautaires afin de faciliter l’accès aux solutions et de réduire les obstacles. En outre, SPO a créé un petit bassin de ressources pour s'adjoindre et rembourser des leaders de la collectivité à titre d'ambassadeurs de SPO qui pourraient être mieux placés pour interpréter ou mettre en contexte les interventions et les messages clés, et ainsi favoriser leur succès.
L’équipe d'intervention en réponse aux grappes dans les quartiers travaillera avec les infirmières et infirmiers en santé publique qui ont été affectés à des écoles dans ces quartiers, et les soutiendra. De concert avec les intervenants et les partenaires communautaires, y compris le Comité d’intervention de la COVID-19 de Champlain (CICC), les infirmières et infirmiers en santé publique participeront à la promotion de la santé et de la prévention, et l'appuieront, dans ces communautés.
Gestion des éclosions
Le 26 août, la province a publié un document d’orientation sur la gestion des éclosions dans les écoles, qui décrit les responsabilités des bureaux de santé publique (BSP), du ministère de la Santé, de Santé Ontario, de Santé publique Ontario (SPO), du ministère du Travail, de la Formation et du Développement des compétences, du ministère de l’Éducation, des administrateurs scolaires et des conseils scolaires. Les directives s'appliquent également aux services de garde des écoles.
Selon les directives provinciales, on entend par éclosion dans une école deux ou plusieurs cas de COVID-19 confirmés en laboratoire chez les élèves ou les membres du personnel (ou d’autres visiteurs) dans une école avec un lien épidémiologique, dans une période de 14 jours, où au moins un cas aurait raisonnablement acquis l’infection à l’école (y compris le transport et les services de garde avant ou après l’école).
La fin d’une éclosion peut être déclarée après une période d’au moins 14 jours où rien ne permet de confirmer une transmission en cours pouvant raisonnablement être liée à l’exposition à l’école et lorsqu’aucune autre personne malade associée aux premières cohortes exposées est en attente de résultats de tests.
Conformément aux directives provinciales, SPO est responsable de ce qui suit :
• Faire enquête sur les groupes de personnes ayant reçu un diagnostic de la COVID-19 liés aux emplacements scolaires (p. ex., le transport scolaire, la fréquentation sur place ou travail dans
un emplacement scolaire physique, les programmes avant et après l’école qui sont offerts à l’école ou les autres installations partagées avec l’école).
• Déterminer s’il y a une éclosion, déclarer une éclosion et déclarer la fin d’une éclosion. Une éclosion est terminée après une période d’au moins 14 jours où rien ne permet de confirmer une transmission en cours pouvant être liée à l’exposition à l’école et lorsqu’aucune autre personne malade associée aux premières cohortes exposées est en attente de résultats de tests.
• Fournir des directives et des recommandations à l’école concernant les mesures de contrôle des éclosions qui sont en phase avec les consignes du ministère de l’Éducation et du ministère de la Santé.
• Donner des recommandations sur l’isolement des cohortes et l’éventuelle nécessité d’une fermeture partielle ou complète de l’école selon l’ampleur d’une éclosion.
• Formuler des recommandations indiquant qui doit subir un test de dépistage et à quel moment. Ces recommandations doivent s’inscrire dans la stratégie de dépistage plus globale de la province. Dans certains cas, faciliter une approche coordonnée en matière de dépistage, en collaboration avec Santé Ottawa, y compris la prestation d’un numéro d’enquête ou d’éclosion.
• Mener une enquête sur place dans le cadre d’une éclosion, au besoin, en coordination avec l’école et le conseil scolaire ainsi que les autres intervenants pertinents (p. ex., le ministère du Travail, de la Formation et du Développement des compétences).
• Émettre des décrets du médecin chef en santé publique ou de son mandataire en vertu de la Loi sur la protection et la promotion de la santé (LPPS), au besoin.
• Déclarer la fin de l’éclosion.
Pour prévenir la transmission de la COVID-19 dans les écoles, il est essentiel de la limiter dans la collectivité même. La détection et l’intervention précoces en cas d’éclosion dans les écoles sont essentielles pour contrôler la transmission du virus dans la collectivité. SPO suivra les normes provinciales et fournira des directives en matière de prévention et de contrôle des infections aux écoles pour les scénarios de transport et les scénarios en classe.
Conformément à la procédure normale, lorsqu’une personne reçoit un diagnostic de COVID-19, Santé publique Ottawa recherche les personnes qui ont été en contact avec le cas, détermine les contacts étroits et communique avec les personnes directement concernées.
Dépistage
Conformément aux directives provinciales relatives à la gestion des éclosions dans les écoles, Santé Ontario est responsable de coordonner la planification locale chez les partenaires du système de santé pour le dépistage, afin d’assurer l’accessibilité des ressources pour réaliser les tests, en plus de :
• Déployer des ressources pour réaliser les tests et les modalités permettant de répondre aux besoins en matière de tests définis par le BSP.
• Collaborer avec les BSP, les conseils scolaires et les écoles pour surveiller les demandes de tests et l’accès aux tests.
• Collaborer avec les centres de dépistage afin d’optimiser la cueillette d’échantillons et la répartition afin de réduire les délais.
Le CICC et Santé publique Ontario (SPO) travaillent ensemble pour mettre en oeuvre les politiques du ministère de la Santé de l’Ontario sur les priorités en matière de dépistage à Ottawa.
Le CICC continue d’employer, d’exploiter et de gérer le centre d’évaluation de l’aréna de Brewer Park, le centre d’évaluation dans le stationnement du GTR sur le chemin Coventry sur rendez-vous ainsi que les deux Cliniques de soins pour la COVID-19 (promenade Moodie et chemin Heron) par l’entremise d’hôpitaux de la localité. Les questions liées à la stratégie provinciale de dépistage peuvent être soumises en ligne à l’aide d’un formulaire en ligne.
Travail en cours
SPO continue de rencontrer régulièrement les conseils scolaires pour évaluer et examiner les plans de réouvertures, et pour fournir des commentaires à cet effet. Divers scénarios axés sur les écoles ont été prévus et mis en pratique au moyen d’exercices sur table. Grâce à ces exercices, les intervenants ont pu déterminer les besoins et les lacunes entourant une intervention adéquate lors de situations courantes pouvant se produire à l’école. Ils ont passé en revue les scénarios initiaux, avec la haute direction des conseils scolaires et de SPO, concernant les personnes symptomatiques à l’école et les cas confirmés de COVID-19 à l’école. D’autres scénarios et exercices sur tables suivront au niveau des surintendants et des infirmières et infirmiers de l’équipe de soutien aux écoles pour la COVID-19.
SPO a examiné les plans de réouvertures des quatre plus grands établissements d’enseignement postsecondaire d’Ottawa (l’Université d’Ottawa, l’Université Carleton, le Collège Algonquin et La Cité) et les a rencontrés.
SPO continue de donner aux écoles et aux conseils scolaires des directives sur la prévention de la COVID-19 et sur l’état de préparation nécessaire à la gestion des personnes ayant reçu un diagnostic de COVID-19, des contacts et des éclosions, conjointement aux consignes du ministère de l’Éducation et du ministère de la Santé.
Stigmatisation
Malheureusement, la pandémie de COVID-19 a donné lieu à une hausse de la stigmatisation et des préjugés à l’endroit des personnes qui ont contracté le virus, des personnes dont on pense qu’elles sont porteuses du virus en raison de leur apparence, et des personnes que l’on pense originaires des régions où le virus de la COVID-19 est apparu la première fois.
En raison de cette hausse de la stigmatisation, certaines personnes ne veulent pas subir un dépistage de la COVID-19 ou consulter pour obtenir les soins dont elles ont besoin. Il arrive aussi qu’elles refusent de communiquer de l’information sur leurs contacts et qu’elles se sentent isolées ou rejetées, voire qu’elles soient victimes de violence.
Le personnel de SPO offre actuellement une formation pour s’assurer que ses messages permettent de réduire et d’éliminer la stigmatisation découlant de la COVID-19.
Prochaines étapes
SPO continue de travailler en étroite collaboration avec les intervenants communautaires et avec des partenaires comme CHEO, les équipes de soins de santé de la région et les pédiatres dans la collectivité, pour s'assurer que la rentrée des classes se déroule de la façon la plus sécuritaire possible, en trouvant un équilibre entre le risque de transmission de la COVID-19 et l'atténuation d'autres méfaits pour le bien-être des élèves, des familles et du personnel.
Des ressources à l’intention des étudiants, des familles et des conseils scolaires concernant la COVID-19 et la rentrée scolaire seront mises à jour à mesure que de nouveaux renseignements seront disponibles.


Message aux étudiants de niveau postsecondaire qui sont nouveaux ou qui retournent aux études de la Dre Vera Etches, médecin chef en santé publique

Chers étudiants,
Au nom de Santé publique Ottawa (SPO), nous vous souhaitons la bienvenue à ce que nous savons tous sera une expérience scolaire unique. La pandémie de COVID-19 a nécessité des changements majeurs dans notre mode de vie, et nous devons continuer à compter sur les efforts collectifs de nos voisins, partenaires, familles, colocataires et amis pour maintenir une faible transmission communautaire ici à Ottawa. Tout le monde doit faire sa part.
Au cours des derniers mois, la communauté d’Ottawa a travaillé ensemble pour accorder la priorité à la sécurité et au bien-être des autres. Pour ceux d’entre vous qui ont participé à ces efforts, nous vous remercions de votre dévouement et de votre respect des lignes directrices en matière de santé publique. SPO est fière de faire partie d’une communauté aussi engagée et responsable. Pour les personnes qui sont nouvelles ou qui reviennent à Ottawa, que ce soit votre première expérience loin de chez vous ou une autre année de votre parcours universitaire, nous nous attendons à ce que vous vous joigniez à nos efforts pour contrôler la propagation du virus. Nous sommes tous dans le même bateau!
Veuillez noter que SPO fournit les renseignements les plus récents sur une section spéciale de notre site Web – santepubliqueottawa.ca/CoronavirusFR. SPO continue d’encourager tous les résidents à être COVIDavisé et à prendre les précautions suivantes :
A – Apportez et portez toujours un masque ou un couvre-visage lorsqu’il est nécessaire de le faire et que vous ne pouvez pas garder un écart de 2 mètres (6 pieds) par rapport aux autres.
V – Vérifiez votre état de santé.
I – Isolez-vous lorsque vous êtes malade (et faites-vous tester rapidement si vous présentez des symptômes de la COVID).
S – Suivez les consignes pour une bonne hygiène des mains. Lavez-vous souvent les mains ou utilisez un désinfectant pour les mains, surtout avant de toucher votre visage.
É – Éliminez les risques en vous tenant à deux mètres (six pieds) des personnes qui ne font pas partie de votre foyer.
Au fur et à mesure que vous vous installerez dans votre nouvel environnement et que vous établirez votre nouvelle routine, SPO souhaite s’assurer que vous êtes au courant des renseignements suivants qui sont pertinents à la vie étudiante à Ottawa :

Règlement sur le port obligatoire du masque
Il existe un règlement sur le port obligatoire du masque en vigueur pour les espaces publics intérieurs à Ottawa. Ce règlement s’applique aux transports en commun, aux restaurants, aux bars, aux magasins et aux autres espaces publics intérieurs, avec exemptions. Le règlement s’étend également aux zones communes et partagées des immeubles à logements multiples, y compris aux résidences, ainsi qu’aux taxis et au covoiturage. Le non-respect des dispositions du Règlement sur le port obligatoire du masque peut entraîner l’émission de contraventions. SPO a collaboré avec l’administration de votre école pour s’assurer de la préparation au semestre d’automne. Étant donné qu’une politique sur le port obligatoire du masque a été mise en oeuvre pour tous les étudiants sur le campus, veuillez vérifier la politique de votre école avant votre arrivée.
SPO souhaite également vous rappeler que tout le monde ne peut pas porter un masque en toute sécurité, et que nous devrions tous continuer à être COVIDagréable et à montrer de la compassion et de la compréhension envers les personnes qui sont exemptées de porter un masque pour des raisons médicales ou personnelles.
Pour plus d’informations concernant le port du masque, veuillez consulter la page santepubliqueottawa.ca/masques et vérifier la politique de votre école concernant le port du masque.
Rassemblement
Même si cette période de l’année en est habituellement une de célébration, alors que les étudiants reprennent contact et se font de nouveaux amis, vous devez continuer d’être social avisé afin de limiter vos contacts étroits : limitez le plus possible le nombre de personnes rassemblées, assurez la distanciation physique, rassemblez-vous à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur, portez un masque, lavez-vous souvent les mains et restez à la maison si vous êtes malade. Sur le campus et à l’extérieur de celui-ci, les limites de rassemblement restent en place. Même si les rassemblements intérieurs de plus de 50 personnes et que les rassemblements extérieurs de plus de 100 personnes sont autorisés, des groupes beaucoup plus petits, respectant les mesures de distanciation physique en place, sont préférables. Il y a tolérance zéro et les Services des règlements municipaux de la Ville d’Ottawa appliquent activement ces limites de rassemblement, et des amendes sont émises en cas de non-conformité. SPO vous encourage à limiter le nombre de personnes dans votre cercle social afin de réduire le risque de transmission ultérieure.
Consultez les conseils de la SPO pour faire la fête en toute sécurité tout en étant COVIDavisé.
Augmentation du nombre de cas
Récemment, Ottawa a connu une augmentation inquiétante du nombre de personnes atteintes de la COVID-19. Ces personnes ont contracté le virus à la suite de rassemblements à l’intérieur (p. ex. des fêtes) et à des comportements qui ont démontré un relâchement des précautions contre la COVID-19. Le groupe d’âge des 20 à 29 ans compte maintenant le plus grand nombre de personnes ayant obtenu un résultat positif à la COVID-19 à Ottawa. Il est important que vous respectiez les précautions de
COVIDavisé pour réduire le risque de transmettre le virus à votre insu. Les gens atteints du virus de la COVID-19 ne se sentent pas toujours malades.
Les critères,les emplacements et les heures où vous pouvez subir un test de dépistage de la COVID-19 sont disponibles sur le site Web de la SPO.
Que se passe-t-il lorsque quelqu’un obtient un résultat positif au test?
Les étudiants qui ont obtenu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19 ou qui sont identifiés comme ayant des contacts étroits avec une personne qui a obtenu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19 :
a) doivent s’auto-isoler;
b) le gestionnaire de cas de SPO communiquera avec eux pour leur indiquer les prochaines étapes et répondre à leurs questions.
Étudiants internationaux
Ottawa est heureux d’accueillir des étudiants du monde entier. Les étudiants qui sont nouveaux ou qui reviennent à Ottawa et qui arrivent de l’étranger doivent respecter la période d’isolement de 14 jours prévue par la Loi sur la mise en quarantaine du gouvernement fédéral. Pour plus de renseignements, veuillez consulter les soutiens disponibles par l’intermédiaire de votre établissement pour les étudiants étrangers.
Ressources multilingues
SPO a élaboré des ressources multilingues pour les communautés diverses pendant la pandémie de COVID-19, ainsi que des ressources pour les membres des communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis.
Services de santé sexuelle et de réduction des méfaits
SPO continue d’offrir des Services de santé sexuelle à notre clinique du 179, rue Clarence. De plus, des services de réduction des méfaits (y compris des services de consommation supervisée) sont également offerts à cet endroit. Pour obtenir des renseignements sur les opioïdes et les surdoses, visitez le site ArretOverdoseOttawa.ca.
Santé mentale
Nous sommes tous dans le même bateau. Naturellement, la COVID-19 a causé beaucoup d’anxiété et d’appréhension chez bien des gens. C’est normal de ne pas se sentir bien. Pour obtenir un soutien en santé mentale, veuillez visiter la page Santé mentale et COVID-19 de SPO ainsi que les services de soutien aux étudiants de votre établissement.

Soyez prêts
Les urgences peuvent se produire n’importe où, n’importe quand. Le campus où vous étudiez a un plan d’urgence; cependant, vous jouez un rôle clé pour assurer votre propre sécurité! Préparez-vous : gardez des masques supplémentaires à portée de main, notez les numéros de personnes-ressources importantes, pensez à entreposer des denrées non périssables, de l’eau supplémentaire et des produits de première nécessité. En cas d’urgence, comme une panne d’électricité, et si vous deviez vous isoler pendant 14 jours, ces éléments seraient essentiels.
Nous comprenons que la pandémie posera des défis particuliers à votre expérience scolaire et sociale à l’université ou au collège. Nous vous remercions de vos efforts continus pour prendre les précautions nécessaires afin de réduire les risques au minimum grâce à un comportement COVIDavisé.
Bonne année!
Dre Vera Etches, Médecin chef en santé publique Santé publique Ottawa


Mise à jour de Santé publique Ottawa: Port de masques dans les espaces publics intérieurs

Les moyens les plus efficaces pour réduire la propagation de la COVID-19 sont de rester à la maison si vous êtes malade, de vous laver les mains régulièrement avec de l’eau et du savon et de maintenir une distance physique de deux mètres (six pieds) avec les autres.
À compter du 7 juillet 2020 à 0 h 01, Dre Vera Etches, médecin chef en santé publique de Santé publique Ottawa a chargée tout exploitant d’un espace public fermé dans la ville d’Ottawa à :
Adopter une politique visant à garantir qu’aucun membre du public n’est autorisé à entrer ou à rester dans les zones publiques de l’espace public fermé, à moins qu’il ne porte un masque couvrant son nez, sa bouche et son menton.
La sous-section (1) ne s’applique pas :
aux enfants de moins de deux ans ou aux enfants de moins de cinq ans, soit chronologiquement, soit du point de vue du développement, qui refusent de porter un masque et ne peuvent être persuadés de le faire par la personne qui s’occupe d’eux;
aux personnes souffrant de problèmes médicaux qui les rendent incapables de porter un masque en toute sécurité, y compris des difficultés respiratoires ou cognitives;
aux personnes qui sont incapables de mettre ou enlever un masque sans aide, y compris celles qui bénéficient de mesures d’adaptation en vertu de la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario (LAPHO) ou qui sont protégées par le Code des droits de la personne de l’Ontario, L.R.O. 1990, chap.19, tel que modifié;
aux personnes qui sont employées par l’exploitant d’un espace public fermé ou qui en sont les agents, et qui :
se trouvent dans une zone des lieux qui n’est pas désignée pour l’accès du public,
se trouvent à l’intérieur ou derrière une barrière physique (p. ex., du Plexiglass).
Assurer la disponibilité de désinfectant pour les mains à base d’alcool à toutes les entrées et sorties à l’usage des personnes entrant et sortant de l’établissement.
Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter la lettre d’instructions que la Dre Vera Etches a adressée aux propriétaires et exploitants d’entreprises, le 6 juillet 2020.
À compter du 15 juin, tous les clients d’OC Transpo devront porter un masque en tissu lorsqu’ils utiliseront leurs services, mais certaines exceptions s’appliquent. Pour de plus amples renseignements, visitez le site Web octranspo.com.
Comment les masques fonctionnent-ils?
Le port d’un masque en tissu permet de contenir la COVID-19 si vous êtes malade et de protéger les personnes qui vous entourent. Étant donné que certaines personnes infectées par la COVID-19 peuvent avoir le virus sans le savoir, on devrait porter un masque à chaque sortie lorsqu’il est possible d’entrer en contact étroit avec d’autres personnes. Lorsque d’autres personnes portent un masque, elles contribuent à vous protéger également.
Le port d’un masque en tissu ne doit pas remplacer d’autres mesures de protection, notamment la distance physique, le lavage des mains, le fait de ne pas se toucher les yeux, le nez ou la bouche avec les mains non lavées et l’autosurveillance des symptômes de la COVID-19.
Quel type de masque dois-je porter?
Il existe de nombreux types de masques, notamment des masques non médicaux qui peuvent être lavés et réutilisés, des masques jetables qui ne peuvent être portés qu’une seule fois et des masques médicaux comme les respirateurs N95 qui devraient être réservés aux travailleurs de la santé de première ligne.
Masques en tissu
Lorsque vous achetez ou fabriquez un masque en tissu, vous devez rechercher les masques qui incluent les éléments suivants :
deux ou trois couches de tissu tissé serré, mais perméable à l’air, comme du coton, de la flanelle ou du coton pour édredon;
aucune couture au-dessus de la bouche et du nez par laquelle l’air peut fuir;
plis horizontaux pour s’adapter à diverses formes de visages.
Masques non médicaux jetables
Les masques non médicaux jetables peuvent être portés au lieu d’un masque en tissu. Ces masques sont à usage unique et doivent être jetés à la poubelle après l’utilisation.
Masques médicaux
Comme de nombreux pays, le Canada continue de vivre une pénurie de masques et d’autres équipements de protection individuelle pour les travailleurs de la santé. Pour conserver les fournitures destinées aux travailleurs de la santé, les masques médicaux et les respirateurs N95 doivent être réservés à des endroits précis à risque élevé et ne sont pas recommandés pour les activités quotidiennes à faible risque, comme lorsque vous êtes à l’épicerie ou dans les transports en commun. Les respirateurs N95 munis de soupapes, qui évacuent l’air plus facilement lorsque vous expirez, ne doivent jamais être utilisés dans le but de protéger les autres du virus que vous pourriez être en train de transmettre parce qu’ils ne le contiendront pas. Pour les professionnels de la santé qui cherchent des renseignements sur l’équipement de protection individuelle, veuillez consulter notre section Mesures de prévention et de contrôle des infections.


Mes observations sur les événements tragiques qui se sont produits aux États-Unis

Je souhaiterais formuler quelques observations sur les événements tragiques qui se sont produits aux États-Unis.

Le meurtre de George Floyd a ébranlé, fâché, blessé et dégoûté de nombreux Ottaviens et Canadiens.

Comme plusieurs autres, j’ai eu beaucoup de difficulté à regarder le meurtre de George Floyd.

Voir George Floyd dire « JE NE PEUX PAS RESPIRER » et implorer l'aide de sa mère, alors que la vie quittait son corps, est intolérable pour la plupart d'entre nous.

Après sa mort insensée, la violence a éclaté un peu partout aux États-Unis.

Les dizaines de milliers de manifestants que nous voyons dans les rues aux États-Unis, ici au Canada et dans le monde entier, prennent position et font preuve de solidarité – et nous devons tous être solidaires.

Et bien que la mort de M. Floyd ait attiré l'attention sur les États-Unis, nous savons qu'en tant que pays, nous ne sommes pas à l'abri du racisme ou des comportements racistes, et nous sommes loin d'être parfaits.

Le racisme est parmi nous.

Et nous devons continuer de l'éradiquer chaque fois qu'il se manifeste, que ce soit dans la communauté, dans un poste de police, à l’hôtel de ville ou n’importe où ailleurs.

Je suis reconnaissant de vivre dans un pays où nous avons le courage de nommer les choses pour ce qu'elles sont.

Mais ne vous y trompez pas : il est du devoir de chacun d'entre nous d'éradiquer le racisme.

En tant que résidents et citoyens de notre ville, de notre province et de notre pays, il nous incombe individuellement de dénoncer le racisme chaque fois que nous en sommes témoins.

Que la manifestation du racisme semble insignifiante ou importante, nous devons avoir le courage de prendre position et d'affirmer que nous ne tolérerons aucune forme de racisme dans notre ville et dans notre pays.

Cela comprend aussi de se porter à la défense de nos concitoyens d'origine asiatique qui sont exposés à des moqueries racistes et blessantes en raison de la notion absurde qu'ils sont en quelque sorte responsables de la pandémie de COVID-19.

Parce que le racisme ne peut survivre et se propager que s'il a de l'oxygène.

Plus nous refusons de lui donner de l'oxygène, moins il a de place pour respirer et se développer.
Nous devons également continuer à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour bâtir une communauté forte, prospère et inclusive.

Cela comprend le logement et la sécurité alimentaire, des emplois et la sécurité économique.

Nous devons faire tout ce qui est possible pour que tous les résidents d'Ottawa, qu'ils soient ici depuis 50 jours ou 50 ans, sachent que cette ville est leur chez-soi et qu'ils se sentent accueillis et appréciés dans cette maison.

Et même si la pandémie de COVID-19 a rendu ce défi encore plus redoutable, je crois que nous – en tant que ville, province et pays – sommes prêts à relever le défi.

Cela étant dit, je prévois participer à la marche « Pas de paix sans justice » à l’ambassade des États-Unis sur la promenade Sussex avec des membres de la communauté le vendredi 5 juin à 15 h.

Bien que je sois conscient de l'importance de l'événement et encouragé par la positivité entourant ce rassemblement particulier, nous DEVONS nous rappeler que la pandémie de COVID-19 est toujours présente dans notre communauté.

Si nous ne respectons pas les lignes directrices en matière de santé publique, nous pourrions nous retrouver dans la même situation qu'il y a quelques semaines, voire quelques mois.

Donc, pour tous ceux et toutes celles qui ont l'intention de participer à la marche : s'il vous plaît, veuillez porter un masque, garder vos distances et vous laver les mains dès que vous avez l'occasion de le faire.

Le 2 juin, j’ai demandé aux membres du Comité de continuer à travailler ensemble pour démontrer notre volonté collective de renforcer la lutte contre le racisme dans notre ville.

Je suis heureux que cette motion présentée au Comité des finances et du développement économique a été adoptée à l'unanimité.

Celle-ci nous permet d'aller de l'avant avec le plan que nous avons approuvé l'année dernière.

Je suis fier que le conseiller Rawlson King a accepté ma proposition d’assumer le rôle d'agent de liaison pour les initiatives de relations ethnoculturelles et de lutte contre le racisme, sous réserve de l’approbation du Conseil à la réunion du 10 juin.

Les membres du Conseil et le public se souviendront qu'en 2019, le conseiller King avait proposé la création d'un Secrétariat de la lutte contre le racisme à la Ville d'Ottawa, et j'étais fier de travailler avec lui et mes collègues du Conseil pour inclure cette mesure dans le budget de 2020.

Le conseiller King a été approché par de nombreux groupes et particuliers qui souhaitent discuter avec lui des diverses initiatives de lutte contre le racisme de la Ville.
Cette motion reconnaît le conseiller King dans un rôle de leadership officiel au nom du Conseil municipal d’Ottawa, semblable à celui joué par la conseillère Theresa Kavanagh sur les questions d’équité des genres, le conseiller Matt Luloff sur les questions des anciens combattants, et la conseillère Catherine McKenney sur le logement et l'itinérance.

En travaillant ensemble, nous pouvons bâtir une ville plus inclusive.


Les villes ont besoin de l'appui fédéral pour participer aux efforts de reprise économique

Nous sommes confrontés à la pandémie mondiale de COVID-19 depuis bientôt trois mois. La portée et l'incidence économiques de cette crise sont beaucoup plus profondes que ce que la plupart d'entre nous ont connu.
Pour les villes, la COVID-19 a créé le plus grand défi financier que nous ayons dû relever au cours des dernières années.
Les municipalités partout au Canada travaillent sans relâche pour fournir une vaste gamme de services essentiels, notamment des services sociaux pour nos résidents les plus vulnérables, des services de transport en commun, d'incendie, paramédicaux et de police, un soutien au développement économique local, de l'eau potable, la collecte et le recyclage des déchets solides, et bien plus encore.
Les revenus sont en chute libre alors que les coûts augmentent globalement.
Depuis le début de la pandémie de COVID-19 et dans le cadre de l'état d'urgence, la Ville d'Ottawa fait face à des pertes nettes de 66 millions de dollars d'ici juin, de 123 millions de dollars d'ici septembre et de 186 millions de dollars d'ici décembre. Ces chiffres excluent les répercussions financières sur le Service de police d'Ottawa, Santé publique Ottawa et la Bibliothèque publique d'Ottawa.
Le gouvernement du Canada et le gouvernement provincial ont tous deux augmenté leurs dépenses de plusieurs centaines de milliards de dollars pour nous permettre de traverser cette crise – un effort qui est soutenu par une capacité fiscale beaucoup plus importante et par une base de revenus plus large qui comprend généralement les ventes et l'impôt des particuliers.
Cependant, la situation pour les municipalités canadiennes est beaucoup plus précaire, étant donné que notre capacité à générer des revenus est largement fondée sur l'impôt foncier. Les villes sont confrontées à des pertes financières catastrophiques en raison du report des impôts fonciers, de l'effondrement de l'achalandage et des revenus du transport en commun et de l'escalade des coûts pour assurer, autant que possible, la sécurité de nos résidents les plus vulnérables dans des circonstances extrêmement difficiles.
D'autres maires canadiens et moi-même considérons le premier ministre Justin Trudeau, la députée fédérale locale et ministre de l'Infrastructure Catherine McKenna, ainsi que d'autres députés fédéraux de la région, comme de véritables champions du programme des municipalités.
Forte de ce solide soutien, la Fédération canadienne des municipalités (FCM) demande au gouvernement du Canada de s'engager à verser un financement de fonctionnement d'urgence ponctuel de 10 milliards de dollars que les gouvernements locaux pourraient utiliser au besoin. Compte tenu de la capacité fiscale inégale des provinces, nous recherchons un engagement fédéral qui NE dépend PAS d'une contribution correspondante du gouvernement provincial.
Cela permettrait aux villes et aux villages de tout le pays de continuer à assurer la sécurité de leurs résidents et à les soutenir durant la lutte contre la COVID-19. Et nous en avons besoin plus tôt que tard.
Plus tard ce matin, en compagnie du conseiller Tim Tierney, représentant de la Ville d’Ottawa au Conseil d’administration de la FCM, je présenterai une motion au Conseil visant à appuyer la FCM et l'Association des municipalités de l'Ontario (AMO) dans leurs efforts de lobbying auprès des gouvernements fédéral et provincial pour obtenir ce financement ponctuel crucial pour notre ville et les municipalités partout au pays.
Les villes ne peuvent pas se permettre d'annuler ou de retarder de grands projets d'immobilisations ou de réduire considérablement les dépenses en services municipaux essentiels alors que nous concentrons nos efforts à appuyer des millions de Canadiens qui ont perdu leur emploi pendant la pandémie de COVID-19. Et contrairement aux gouvernements provincial et fédéral, les municipalités ne sont pas autorisées, en vertu de la loi, à enregistrer un déficit.
Depuis la déclaration de la pandémie, nos gouvernements provincial et fédéral ont fait un excellent travail pour assurer notre sécurité, et nous collaborons avec eux pour enfin commencer à relancer prudemment l'économie.
Nos gouvernements provincial et fédéral ont judicieusement choisi de ne pas réduire les niveaux de service ou d'emploi, car cela minerait nos efforts collectifs pour relancer notre économie et notre marché du travail en difficulté.
Les villes jouent un rôle vital dans la croissance économique, et les municipalités ont besoin d'aide pour aider à stimuler les efforts locaux de reprise économique.
Un investissement fédéral dans nos villes maintenant fera en sorte que les trois ordres de gouvernement pourront continuer de travailler ensemble pour relancer le Canada le plus rapidement possible.
Sans cet investissement proposé dans nos villes, nous serons confrontés à la perspective décourageante de devoir réduire les services municipaux essentiels alors que nos résidents en ont plus que jamais besoin, tout en imposant des années d'augmentations inacceptables de l'impôt foncier tandis que nous essayons de rebâtir notre économie et de récupérer les millions d'emplois perdus pendant la pandémie de COVID-19.
Aux résidents d'Ottawa, je vous remercie sincèrement, au nom de tous les membres du Conseil, de continuer à fournir votre part d'efforts pour aplanir la courbe en suivant les directives en matière de santé publique. Grâce à notre comportement individuel, nous changeons le cours de la pandémie dans notre ville et jetons les fondations pour une reprise plus rapide.
Si les particuliers et les gouvernements continuent à travailler ensemble, nous sortirons de cette crise plus forts que jamais.


La Ville publie une trousse à outils afin d’aider les entreprises à rouvrir leurs portes en toute sécurité

La Ville d’Ottawa a conçu une trousse à outils, en consultation avec Santé publique Ottawa, afin d’aider les entrepreneurs à répondre à des questions cruciales, avant qu’ils ne puissent rouvrir leurs commerces en toute sécurité.

L’assouplissement graduel des restrictions liées à la pandémie de COVID-19 dans les mois à venir posera de nouveaux défis aux entreprises locales, ainsi que des possibilités d’innovation. Alors que l’Ontario commence à rouvrir l’économie, nous encourageons toutes les entreprises et organisations d’Ottawa à s’assurer qu’elles sont prêtes à retourner au travail en toute sécurité.

Les membres de la communauté des affaires d’Ottawa peuvent accéder à la boîte à outils en ligne. Elle fournit des informations sur la préparation de votre lieu de travail et de vos employés, la reprise de vos activités conformément aux règles de distanciation physique, ainsi que des liens vers des ressources officielles telles qu’une signalisation de la santé publique, des lignes directrices propres aux divers secteurs et des programmes gouvernementaux d’aide financière. Les informations et les ressources seront régulièrement mises à jour sur le site Web, car les directives du gouvernement de l’Ontario et de Santé publique Ottawa continuent d’évoluer.

Citations

« Les entreprises sont la pierre angulaire de notre communauté et il est essentiel que nous disposions des soutiens nécessaires pour les aider à réussir. Avec les conseillers Laura Dudas et Eli El-Chantiry et notre Groupe de travail des partenaires économiques, la Ville est heureuse de contribuer aux efforts de relance en fournissant cette feuille de route aux entreprises pour qu’elles puissent rouvrir d’une manière qui soit bonne pour les affaires, tout en assurant la sécurité des employés et des clients. »

Maire Jim Watson

« Merci aux entreprises d’Ottawa pour tous vos efforts jusqu’à présent. Le retour sécuritaire au travail est une priorité. Vous FAITES une différence dans notre communauté. Nous devons tous continuer à introduire la distanciation physique dans nos processus de travail, afin de pouvoir faire de notre mieux pour éviter une résurgence de l’infection alors que nous allons de l’avant avec l’assouplissement des restrictions actuelles. Tenez-vous au courant des dernières directives pour vous aider et aider vos employés et notre communauté à rester en bonne santé et en sécurité. »

Dre Vera Etches, médecin chef en santé publique

Pour obtenir des renseignements à jour sur la pandémie de COVID-19 à Ottawa, visitez le site ottawa.ca/covid19 ou composez le 3-1-1 (ATS : 613 580-2401). Vous pouvez également communiquer avec nous par Facebook, Twitter et Instagram.


COVID-19 à Ottawa: Quoi de neuf?

Voici le récapitulatif hebdomadaire de la Ville d’Ottawa en réponse à la pandémie de COVID-19. Vous pouvez également suivre les mises à jour quotidiennes de la Ville sur Facebook, Twitter et Instagram.

• Vous avez manqué ma séance de discussion ouverte avec la Dre Vera Etches et les cadres supérieurs de la Ville? Aucun problème : les questions et réponses de la période d’une heure avec les résidents au sujet de la pandémie de COVID-19 se trouvent sur la chaîne YouTube de la Ville.
Présentation de la feuille de route relative à la phase de rétablissement après la COVID-19 au Conseil de la Ville.
• N’oubliez pas que vous pouvez regarder en direct les réunions du Conseil municipal ou des comités sur la chaîne YouTube du Conseil municipal d’Ottawa. Les réunions du Conseil municipal sont également diffusées en direct sur le câble 22 de Rogerstv et en direct sur le site Web de Rogerstv.

 

Dernières nouvelles de Santé publique d'Ottawa:

• Vous avez des questions sur le port de masques non médicaux? Tout ce que vous devez savoir se trouve ici.
• Les tests COVID-19 sont désormais plus nombreux. À quel moment devez-vous vous rendre dans une clinique de soins pour la COVID-19?


Mise-à-jour: COVID-19

Voici le sommaire hebdomadaire d’information de la Ville d’Ottawa concernant la réponse de la Ville face à la pandémie de COVID‑19. Vous pouvez également suivre les mises à jour quotidiennes de la Ville sur la COVID‑19 sur Facebook, Twitter et Instagram. 

 

 

 

 

 

  • L’aréna Jim Durrell a été transformé en abri temporaire pour les personnes se trouvant dans le réseau de refuges afin d’aider à atténuer la propagation du virus dans l’environnement des refuges. Le complexe sera ouvert le samedi 2 mai.

La Ville d’Ottawa investira 11,4 millions de dollars dans les services sociaux liés à la COVID-19

Aujourd’hui, je me suis joins à la conseillère Jenna Sudds, présidente du Comité des services communautaires et de protection de la ville, pour annoncer la façon dont la Ville versera le financement de 11,4 millions de dollars provenant du gouvernement fédéral et provincial afin d’appuyer les initiatives d’aide aux sans-abri et les organismes communautaires qui aident les résidents à risque à répondre à la COVID-19.

La Ville a reçu 6,6 millions de dollars du ministère des Affaires municipales et du Logement. Ce montant représente environ la moitié des 13,3 millions de dollars que la province s’est engagée à verser à la Ville d’Ottawa cette année provenant du Fonds d’aide aux services sociaux de l’Initiative de prévention de l’itinérance dans les collectivités La Ville a également reçu un financement fédéral de 4,8 millions de dollars dans un programme intitulé « Vers un chez-soi » dans le cadre du Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19, ce qui porte le total des fonds disponibles immédiatement à 11,4 millions de dollars.

La Ville utilisera 8,4 millions de dollars pour renforcer sa réponse aux initiatives d’aide aux sans-abri. Des fonds seront distribués immédiatement pour appuyer les abris d’urgence; les centres d’isolement et les chambres d’hôtel à des fins d’auto-isolement; et les centres et hôtels en vue d’assurer l’éloignement physique pour les personnes et les familles sans-abri. La Ville financera également des initiatives de logements et de sensibilisation à l’itinérance, des besoins de base et des programmes de jour.

Les 3 millions de dollars restants seront versés aux organismes communautaires qui appuient les résidents à risque afin de répondre à la pandémie.

Ce financement s’ajoute au montant de 1,95 million de dollars que la Ville a déjà distribué aux partenaires dans le secteur du logement et de la lutte contre l’itinérance pour répondre à des besoins prioritaires comme fournir des aliments et des bons d’achat, augmenter le personnel et l’équipement de protection individuelle.

Comment présenter une demande
Le financement sera offert aux organismes sans but lucratif en deux catégories :
• Les fournisseurs de services aux sans-abri et de services résidentiels. Les résidences qui desservent des personnes et des familles qui sont à risque de se trouver sans-abri.
• Les organismes qui fournissent un soutien et des services essentiels à d’autres résidents et collectivités à risque pendant la pandémie.

Les services essentiels sont définis comme la sécurité alimentaire, la coordination des services pour répondre à des besoins immenses et le soutien direct aux personnes âgées vivant dans l’isolement, aux collectivités à risque et aux collectivités en quête d’équité, plus particulièrement, les Autochtones, les ménages à faible revenu, les personnes âgées, les femmes (y compris celles qui fuient la violence), les jeunes, les personnes handicapées, les immigrants et les nouveaux arrivants, et les résidents ruraux.

Les organismes peuvent trouver des trousses de demande à : ottawa.ca.

Le processus de demande commence le lundi 20 avril. La Ville acceptera les demandes par courriel jusqu’à la fin de la journée du lundi 27 avril, dans le but de verser des fonds à nos partenaires au début du mois de mai. Les partenaires seront informés des décisions de financement d’ici le jeudi 7 mai.


Annonce des rajustements de services et d’effectifs en raison de la COVID-19

Ottawa – Afin d’aider à aplanir la courbe et à protéger le public de la pandémie de la COVID-19, la Ville d’Ottawa a fermé les installations publiques et a suspendu les services, activités et programmes non essentiels.

Aujourd’hui, en consultation avec Santé publique Ottawa, la Ville d’Ottawa prolonge la fermeture des installations municipales, des services et des grands rassemblements publics jusqu’au 30 juin 2020, dans le cadre d’un effort soutenu visant à ralentir la propagation du COVID-19.
La Ville d’Ottawa demeure en état d’urgence et le Centre des opérations d’urgence de la Ville continuera d’intervenir et de coordonner toutes les activités connexes visant à préserver la sécurité d’Ottawa.
En raison de la fermeture des installations municipales et de l’annulation de la programmation, un grand nombre d’employés à temps partiel sont sans travail. Par conséquent, la Ville d’Ottawa a travaillé en partenariat avec la section locale 503 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) pour placer environ 4 000 employés à temps partiel de la Direction générale des loisirs, de la culture et des installations (DGLCI) et environ 280 employés de la Bibliothèque publique d’Ottawa (BPO) en congé autorisé non rémunéré avec protection de l’emploi, ou en congé spécial, situation d’urgence déclarée, en vertu de la Loi sur les normes d'emploi. Durant cette période où les installations de la Ville sont fermées, il n’y a pas suffisamment de travail pour ces employés et cette entente négociée assure que le personnel ne soit pas mis en disponibilité.
Ce ne sont pas des réductions de postes permanentes et ceux qui sont touchés conserveront leur qualité d’employés de la Ville d’Ottawa. Mais en prenant cette mesure, la Ville permet aux employés à temps partiel de faire une demande d’aide fédérale. Cette décision est devenue nécessaire pour assurer le bien-être financier des membres de notre personnel.
La Ville d’Ottawa reportera aussi le Programme d’emploi d’été pour étudiants de 2020 jusqu’en mai et reverra régulièrement la viabilité du programme en fonction de l’évolution de la situation.
Pendant cette période sans précédent, la Ville d’Ottawa continuera de fournir les services municipaux sur lesquels comptent les résidents. Le personnel municipal travaille sur un plan en vue d’assurer que les finances de la Ville demeurent stables, que les services municipaux se poursuivent et que les ressources municipales au complet soient déployées pour appuyer ces efforts. Le personnel fournira une mise à jour sur la réponse coordonnée à la pandémie de la COVID-19 lors de la réunion du Conseil municipal du 8 avril.
En suivant les directives de Santé publique Ottawa et en limitant l’exposition à la COVID-19 des travailleurs des services essentiels et critiques, nous pouvons tous participer pour assurer que les services d’urgence, la collecte des déchets, les services d’eau, le transport public, les services des routes et le soutien de nos résidents les plus vulnérables puissent continuer.

Citations
« Nous examinons constamment la situation, en consultation avec la médecin-chef en santé publique pour décider quelles sont les meilleures solutions pour protéger la santé de nos résidents. Ce n’est facile pour personne. Mais à nos employés touchés, je tiens à dire – merci pour votre travail ardu et le dévouement à l’égard de notre communauté et de nos résidents. Je peux vous assurer que cette mesure n’est que temporaire, et que nous avons hâte de vous réintégrer parmi nous pour offrir la programmation au bénéfice de milliers de familles partout dans la ville. »
Jim Watson, maire de la Ville d’Ottawa

« Alors que nous répondons tous aux répercussions de la COVID-19, la Ville d’Ottawa prend des mesures importantes à titre d’organisation. Tout en gérant les opérations quotidiennes, le personnel cherche à quoi pourrait ressembler le retour à notre nouvelle normalité. Nous prévoyons que le retour de la Ville au service complet pourrait nécessiter plusieurs mois. Je peux vous assurer que nous avons tous hâte de voir arriver la journée où nous pourrons rouvrir nos installations, restaurer nos services touchés et permettre à nos précieux employés de revenir au travail. »
Steve Kanellakos, directeur municipal, Ville d’Ottawa

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les programmes et services de la Ville, veuillez consulter le site ottawa.ca ou composer le 3-1-1 (ATS : 613-580-2401). Vous pouvez également communiquer avec nous sur Facebook, Twitter et Instagram.